Algérie

L’Oranie - 8 j

Algérie
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Quelle que soit votre destination, voyagez l’esprit léger. Tout est prévu pour que vous ne soyez consacrés qu’à la découverte et à l’émerveillement !

INFOS PAYS

Algérie
  • Carte d’identité  :
  • Nature de l'Etat : république 
    Chef de l'Etat : Abdelaziz Bouteflika
    Capitale : Alger      
    Superficie :  2 381 741 km2
    Population : 40 969 443 habitants
    Densité de population : 17,20 hbs/km2      
    Langues : arabe (officiel), Tamazight 
    PIB par habitant : 14 259 $                                     
    Taux d'alphabétisation des adultes : 89%                          
    Espérance de vie : 75 ans  
    Religions : musulmans (99%)
    Croissance démographique annuelle : 1,8%      
    I.D.H. : 83ème rang (0,74)                           
    Fête nationale : 5 juillet (fête de l’indépendance – 1962)
    Jours fériés : 1er janvier (Nouvel An), Mawlid En Nabaoui Echarif  (anniversaire de la naissance du Prophète Mohamed), 19 mars (cessez le feu), 1er mai (fête du Travail), Aid El-Fitr (fête de la rupture du jeûne du Ramadhan), Jour de l’An Hégire, Aid El-Adha (fête du sacrifice d’Abraham), 1er novembre (fête de le Révolution). Les fêtes musulmanes ont des dates variables.

  • Repères historiques  :
  • De par sa position stratégique au carrefour de l’Afrique et de la Méditerranée, l’Algérie, située au Centre du Maghreb, a vu de nombreuses civilisations se succéder sur son territoire.
    Les premiers indices de la présence humaine en Algérie remontent à plus d’un million d’années (homme de Ain hanech). Les premiers habitants berbères vivaient d’agriculture, de pastoralisme et de chasse.
    Environ 800 ans avant J.C, les Phéniciens fondèrent de nombreux comptoirs sur la côte algérienne.
    Pendant les guerres puniques qui ont opposé Carthage à Rome, le roi berbère Massinissa, s’est emparé de Cirta (l’actuelle Constantine) dont il fit sa capitale. Le mausolée d’El Khroub témoigne aujourd’hui de la splendeur de cette époque.
    Après la révolte de Jugurtha, petit fils du roi Massinissa, son royaume se morcela et malgré sa farouche résistance contre Rome, la Numidie, tombée entre les mains des romains, devint le grenier à blé de l’empire pendant des siècles.
    De cette période restent comme témoignages de nombreux vestiges archéologiques parmi lesquels on peut citer Djemila, Timgad,Tipaza …
    Dès 432, les Vandales sous le commandement de Jenseric, déferlèrent sur le territoire numide .Ils furent à leur tour, mis en déroute par les Byzantins en 533.
    En 647, les Arabes, commandés par Okba Ibn Nafaa compagnon du Prophète, s’établirent sous l’étendard de l’Islam, en Algérie. Les tribus berbères adoptèrent l’Islam massivement et contribuèrent largement à son expansion et à son rayonnement jusqu’en Andalousie.
    Plusieurs dynasties, les Rostomides (776-909), les Fatimides (908-972),les Zirides(972-1148) les Hammadites(1007-1152), les Almoravides(1052-1147), les Almohades(1147-1269) les Zianides (1235-1554)… furent parmi les royaumes qu’a connus l’Algérie entre les VIIIème et XVIème siècles.
    Les royautés qui gouvernaient l’Algérie, affaiblies par d’incessantes attaques espagnoles, ont fini par faire appel, en début du XVIème siècle, en 1514, aux frères Aroudj et kheir Eddine Barberousse. Ces derniers, mandatés par le sultan de Constantinople ont contribué à chasser les espagnols des côtes algériennes. En 1587 l’Algérie devient régence ottomane jouissant, cependant, d’une large autonomie.
    En 1830, débuta la colonisation française. Depuis cette date jusqu’au déclenchement de la guerre de libération nationale, le 1er novembre 1954, la puissance coloniale a dû faire face à la résistance du peuple algérien.
    Fin des années 50 : Découverte de gisements importants d’hydrocarbures (pétrole et gaz) dans le Sud algérien. L’existence de pétrole en Algérie était connue depuis les années 1920.
    5 juillet 1962 : Proclamation de l’indépendance suite au référendum d’autodétermination, prévu par les Accords d’Evian.
    Septembre 1962 : Ben Bella, fondateur du FLN, est élu président ; le FNL se constitue comme parti unique. La politique autoritaire du gouvernement provoque une forte opposition.
    1963 : Création de la Sonatrach, compagnie algérienne de recherche, d’exploitation, de transport, de transformation et de commercialisation des hydrocarbures.
    Juin-Juillet 1965 : Ben Bella est destitué et Boumediene prend sa place avec l’appui de l’armée. Commence la période du socialisme, des nationalisations et de l’économie d’État.
    1969 : l’Algérie entre à l’OPEP.
    Janvier 1979 : Le colonel Chadli Bendjedid dévient président ; mandat renouvelé deux fois jusqu’en 1992 ; il mène une politique de libéralisation économique.
    Octobre 1988 : Dégradation du niveau de vie, émeutes de la faim.
    1989  : Nouvelle Constitution, qui introduit le multipartisme.
    1990-1991 : Le FIS (Front Islamique du Salut), opposé à l’occidentalisation et à la laïcisation du pays, étend son influence et gagne le premier tour des élections législatives en décembre 1991.
    1992  : Coup d’État militaire : l’armée prend le pouvoir, le FIS est dissout. La guerre civile ravage le pays jusqu’en 1999. Le gouvernement décrète l’état d’urgence.
    1994  : Liamine Zéroual devient président.
    1999  : Fortes tensions en Kabylie où la population berbère (amazigh), demande la reconnaissance de sa culture. Le président démissionne. Tous les candidats de l’opposition à l’élection présidentielle se retirent, dénonçant des fraudes ; seul reste en lice Bouteflika, candidat des militaires qui est élu. Il organise un référendum pour accorder l’amnistie aux islamistes qui n’ont pas commis de délit de sang et met en place une politique dite de « concorde civile ».
    2000-2001  : Violences imputées aux islamistes. Émeutes en Kabylie.
    2002  : Le berbère est reconnu comme langue nationale.
    Mai : Victoire du FLN aux élections ; le taux de participation est très bas. En Kabylie, les élections sont boycottées.
    2003  : Luttes de pouvoir pour les élections de l’année suivante.
    2004 –2007 : Bouteflika réélu président, continue à mener une politique de « réconciliation ».
    2008  : Alors que la manne pétrolière remplit les caisses de l’État, plusieurs émeutes contre la pauvreté ont lieu à Alger.
    Novembre : Les acquis démocratiques d’octobre 1988 sont balayés, l’état d’urgence mis en place en 1992 est renforcé.
    2009  : Grève des candidatures pour la présidentielle en Algérie, Bouteflika est réélu président. Il reconduit le gouvernement. Les services secrets et les islamistes sont plus puissants que jamais.
    2010  : Le gouvernement algérien annonce qu’il va s’attaquer au fléau de la corruption.
    2011  : Émeutes dues à l’augmentation des prix des denrées alimentaires. Le gouvernement distribue 30 milliards de dollars de subventions et la promesse d’une augmentation des salaires. L’état d’urgence en place depuis 1992, est levé le 24 février 2011.
    2012  : Célébration des 50 ans d’indépendance. Décès de deux anciens présidents de l’Algérie : Ahmed ben Bella (1963-1965) et Chadli Benjdid (1979-1992). 
    2013
    16 janvier : Prise d’otages dans le site gazier In Amenas à Tinguentourine, dans le sud-est algérien, par le groupe islamiste les “signataires par le sang” qui réclame entre autre l’arrêt de l’intervention militaire française au Mali. 37 otages et 29 terroristes trouvent la mort.
    20 février : La loi autorisant l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels entre en vigueur. 
    11 septembre : Remaniement ministériel. Dix-huit ministres quittent le gouvernement. Les nominations permettent à Abdelaziz Bouteflika de reprendre la main en vue des élections présidentielles de 2014.
    2014 
    17 Avril : Abdelaziz Bouteflika est réélu pour un quatrième mandat avec 81,53 % des suffrages exprimés.
    27 décembre : L’Algérie allume sa première torche de gaz de schiste dans le bassin d’Ahnet, près d’In Salah dans la wilaya de Tamanrasset. La population manifeste contre cette exploitation.
    2015. Le mouvement contre le gaz de schiste s’intensifie. 
    Mai : L’Algérie enregistre un déficit de 4,32 milliards durant les quatre premiers mois de l’année. La situation économique est difficile.
    Juillet : affrontements communautaires entre Arabes et Berbères dans la région de Ghardaïa.


  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français: passeport valable au moins 6 mois après la fin du séjour et comportant au-moins 2 pages vierges face à face. Un visa est obligatoire pour l'entrée en Algérie, il sera apposé à l’intérieur de votre passeport. Coût consulaire du visa à ce jour (et sous réserve de modification sans préavis par les autorités consulaires) : 85 €. 

    La demande de visa devra être effectuée par vos soins avant le départ. Référez-vous à la fiche visa qui vous sera adressée en même temps que vos documents de voyage. 

    Les enfants doivent avoir leur propre document d’identité. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur le passeport des parents. Pour les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.
    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    A compter du 15 janvier 2017 l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs non accompagnés d’un de leurs parents est à nouveau obligatoire.
    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11090
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922 

    Attention : Les formalités consulaires peuvent être modifiées à tout moment sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier ces informations auprès des instances consulaires du pays visité.

    Paris | Ambassade d’Algérie 
    50 rue de Lisbonne 75008 Paris 
    Tel : 01.53.93.20.20
    Mail: chancellerie@amb-algerie.fr
    Site Web : http://www.amb-algerie.fr

    Consulat Général d'Algérie à Lyon
    102 rue Masséna 
    69006 Lyon 
    Téléphone: +33 4 72 83 85 50
    Fax: +33 4 72 83 85 62
    Mail: contact@consulatalgerie-lyon.org      
    Site Web : http://www.consulatalgerie-lyon.org/visa-touristique.php      

    Consulat d'Algérie à Grenoble 
    7, quai Stéphane Jay
    38000 Grenoble 
    Téléphone: 04 76 54 30 18 
    Fax: 04 76 42 49 85
    Mail: courrier@consulat-algerie-grenoble.org 
    Site web : http://www.consulat-grenoble-algerie.fr/modalites-visas/

    Adresses utiles en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises : 

    Ambassade de France en Algérie
    25, chemin Abdelkader Gadouche 16035 Hydra Alger 
    Tel : +213 21 98 17 17
    Site Web : https://dz.ambafrance.org/

    Consulat Général de France à Oran
    1, rue Aïmeur Brahim 31000 Oran 
    Tel : +213 41 33 65 53 / + 213 41 98 60 00 
    Courriel : contact.oran-fslt@diplomatie.gouv.fr
    Site Web : https://oran.consulfrance.org/

  • Décalage horaire  :
  • Heure d’été : -1 heure : 12H00 à Paris = 11H00 à Alger
    Heure d’hiver : pas de décalage

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers l’Algérie : 00 + 213 + numéro du correspondant sans le 0 initial
    De l’Algérie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial

    Numéros utiles
    Police : 17 
    Protection civile : 14 
    Gendarmerie national : 1055 
    Police Assistance / Urgence : 1548 

    Internet
    Il existe de nombreux cybercafés dans les grandes villes. Certains restent ouverts toute la nuit.

    Electricité 
    220 V, 50 Hz


  • Monnaie :
  • La monnaie locale est le dinar algérien, appellation internationale DZD
    1 € = 136,515 DZD (septembre 2018)        1 DZD = 0,00726 €

    Les banques assurent des services de change. Les distributeurs automatiques sont encore rares et réservés aux grandes villes.

    Il n’est pas possible de changer en France les euros contre des DZD. Vous pourrez faire le change sur place. Renseignez-vous avant de partir auprès de votre banque sur le plafond de retrait à l'étranger dont vous disposez.


  • Climat :
  • Le climat du nord de l'Algérie est de type méditerranéen, avec des étés secs et chauds, des hivers assez doux et plus humides. La région saharienne connaît en revanche un climat désertique, avec de gros écarts de températures entre le jour et la nuit (45°C le jour et 5°C la nuit !), et des endroits où la pluie peut ne pas tomber pendant des années.  La côte algérienne peut être visitée à n’importe quelle saison grâce à ses températures douces l’hiver et très supportables en été.

    Oran possède un climat méditerranéen chaud avec un été sec. Sur l'année, la température moyenne à Oran est de 19.3°C et les précipitations sont en moyenne de 305.9 mm. A titre de comparaison à Paris, la température moyenne annuelle est de 12.3°C et les précipitations sont en moyenne de 475 mm.
    A Oran, les températures moyennes fluctuent de 17° (janvier) à 32° (août). En mai : de 14° à 25°. La température de la mer varie de 15° à 25°. Les mois les plus pluvieux sont : décembre, octobre et novembre. 


  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.
    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : 
    Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde. La vaccination contre l’hépatite A est conseillée.

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies  (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large, des produits contre les moustiques. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • US ET COUTUMES
    Le repos hebdomadaire est fixé du vendredi au samedi. 
    Il convient de se déchausser à l’entrée d’une maison ou avant de pénétrer dans une pièce dont le sol est recouvert de tapis. Il est apprécié de prolonger la cérémonie du thé en acceptant un autre verre, même si on n’a plus soif. A table, il est de coutume de dire Bismillah (au nom de Dieu) avant d’entamer le repas ; pour une bonne nouvelle: Hamdullah (Que Dieu soit loué) ; pour remercier : choukran. Il est mal perçu de refuser le thé ou le café que l’on vous offre, de porter une tenue provocante, de passer devant quelqu’un en train de faire sa prière ou de s’embrasser en public.

    PHOTOS
    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.
    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel voyages) :

    En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits.
    Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    DONS (cf La Charte du Voyageur d’Arvel voyages)
    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat. (…)
    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :

    -      Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.

    -      Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).

    -      Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

     

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)


  • Quelques mots, quelques livres :
  • L’Arabe est la langue nationale et officielle ; le Tamazight est aussi reconnu comme langue nationale. 

    Oui : nem
    Non : lays
    Merci : choukran
    S’il vous plaît : min fadlik
    Au revoir : iilaa alliqa 
    Bonjour : sabah alkhyr
    Pardon : maedhira
    Combien ça coûte ? : kam sieruh
    Je ne comprends pas : la'afhum

     

    BIBLIOGRAPHIE


    « La Kabylie et les coutumes kabyles », A. Hanoteau et A. Letourneux, Bouchène, 2003 
    « Oran la joyeuse - Mémoires franco-andalouses d’une ville d’Algérie », A. Salinas, Essai, L’Harmattan, 2004
    « Histoire de l’Afrique du Nord - Des origines à 1830 », Charles-André Julien, Payot, 1994 
    « L’Algérie vue du ciel », Yann Arthus-Bertand et collectif, La Martinière, 2011 
    « Alger et Oran, images d’Algérie de 1900 à 1960 », T. Alzieu, Editions Sutton, 2006 
    « La gloire de l’Algérie : écrivains et photographes (1830-1960) », E. Fechner, Calmann Levy, 2000
    « Petit futé Oran », Collectif, 2018 

     

    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/algerie/