Japon

Cipango et les délices de Tokyo - 16 et 20j

Japon
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Japon
  • Carte d’identité  :
  • Nature de l'Etat : Monarchie constitutionnelle (l’empereur n’a qu’un pouvoir symbolique ; il est le garant de la continuité et de l’unité de la nation)
    Nature du régime : démocratie parlementaire ; le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement investi par la Diète (= le parlement)
    Chef de l’Etat : Akihito, empereur
    Chef du gouvernement : Shinzo Abe (depuis le 26/12/12)
    Capitale : Tokyo
    Superficie : 377 800 km²
    Population : 126 660 000 habitants
    Densité de population : 335,13 habitants/km²  
    Langues : japonais
    PIB par habitant : 45 774 $  
    Taux d'alphabétisation des adultes : 99,5 % 
    Espérance de vie : 82,17ans
    Religions : bouddhisme et shintoïsme (86%)  
    Croissance démographique annuelle : - 0,21 %  
    I.D.H.: 0,912 - 10ème rang
    Fête nationale : 23 décembre (anniversaire de l’empereur).
    Jours fériés : 1er janvier , Ganjitsu (Nouvel An) ; 2ème lundi de janvier, Seijin-no-hi (jour du passage à l’âge adulte) ; 11 février, Kenkoku Kinem-bi (jour de la fondation nationale) ; 20 ou 21 mars, Shumbun-no-hi (équinoxe de printemps) ; 29 avril, Showa-no-hi (jour de l’empereur Showa) ; 3 mai, Kempo Kinem-bi (jour de la Constitution) ; 4 mai, Midori-no-hi (jour vert) ; 5 mai, Kodomo-no-hi (jour des enfants) ; 3ème lundi de juillet, Umi-no-hi (jour de la marine) ;3ème lundi de septembre, Keiro-no-hi (jour du respect envers les personnes âgées) ;23 ou 24 septembre, Shubun-no-hi (équinoxe d’automne) ; 2ème lundi d’octobre, Taiiku-no-hi (jour des sports de santé) ; 3 novembre, Bunka-no-hi (jour de la culture) ; 23 novembre, Kinro Kansha-no-hi (fête en l’honneur des travailleurs) ; 23 décembre, Tenno Tanjobi (anniversaire de l’empereur).

  • Repères historiques  :
  • 150 000 avant J.C. : culture pré-céramique.

    Epoque Jomon (150 000 – 400 avant J.C.) : Chasse et cueillette
    VIIe siècle avant J.C. : selon la légende, fondation du Japon par l’empereur Jimmu.

    Epoque Yayoi (400 avant J.C. – 300 après J.C.) : Culture du riz
    400 avant J.C. – 300 après J.C. : Bronze et fer venus de Chine et de Corée.

    Epoque Yamato (300 – 552) : la guerre des clans
    Vème et VIème siècles : les moines bouddhistes chinois et coréens introduisent le bouddhisme et l’écriture chinoise au Japon. L’empereur joue un rôle symbolique, le pouvoir étant véritablement détenu par les nobles de la Cour les plus puissants : régents ou shoguns. 

    Epoque Asuka (552 – 710) : Introduction du bouddhisme
    593 - 622 : le régent Shôtoku Taishi promeut le bouddhisme comme religion d’état.

    Epoque Nara (710 – 794) : Rédaction du Kojiki
    710 : la capitale devient Nara
    712 : écriture du Kojiki, la plus ancienne chronique du Japon.

    Epoque Heian (794 – 1185) : Rédaction du Dit du Genji
    794 : la capitale devient Heian-Kyô (actuelle Kyôto).
    858 - 1160 : domination de la famille Fujiwara.
    An 1000 : rédaction du Dit du Genji, l’œuvre de littérature classique la plus célèbre au Japon.

    Epoque Kamakura (1185 – 1333) : Aléas du shôgunat
    1191 : début de l’enseignement zen.
    1219 : assassinat du dernier shôgun Yoritomo Minamoto. S’en suivent plusieurs années de conflits entre partisans de l’empereur et partisans du shôgunat.
    1274 – 1281 : attaques mongoles.
    1332 : nouvelle dynastie du shôgun Ashikaga.

    Epoque Muromachi (1333 – 1568) : 1ers contacts avec les occidentaux
    1333 - 1392 : guerres civiles entre la cour du Nord installée à Kyôto et la cour du Sud, exilée dans le Yamato. Apogée du bouddhisme zen. Le Japon s’ouvre de nouveau à la Chine. 
    1467 - 1477 : démantèlement du pouvoir central. Apparition des Daimyô, les seigneurs de province.
    XVIe siècle – le Portugal, l’Espagne, les Pays-Bas et l’Angleterre débarquent au Japon avec des missionnaires chrétiens. Ils introduisent aussi les armes à feu.

    Epoque Momoyama (1573 – 1600) : Règne de Ieyasu Tokugawa
    Les shôguns Nobunaga Oda, Hideyoshi Toyotomi et surtout, Ieyasu Tokugawa entreprennent tour à tour de réunifier le pays.
    1587 : interdiction du christianisme.
    1592 et 1597 : échecs successifs de 2 campagnes militaires en Corée

    Epoque Edo (1600 – 1868) : Le shôgunat Takugawa
    1616 : mort de Ieyasu Tokugawa.
    1635 : la religion chrétienne est formellement interdite sous peine de mort, accompagnée de torture.
    1637 : massacre de 35 000 chrétiens. Le Japon se referme sur lui-même.
    1639 : le Japon cesse toute relation avec l’étranger à part les marchands chinois et néerlandais à Nagasaki.
    1825 : ordre de détruire tout navire étranger navigant trop près des côtes japonaises.
    1854 : signature de la convention de Kanagawa après le pilonnage des ports japonais par les forces navales des Etats-Unis. Le Japon est contraint de s’ouvrir au monde occidental.
    1867 : fin du shôgunat des Tokugawa.

    Restauration Meiji (1868 – 1912) : Le Japon réformateur
    1868 : la restauration Meiji met en œuvre de nombreuses réformes : le système de type féodal et l’ordre des samouraïs sont abolis. Apparition des préfectures et création de la presse. Le Japon devient une puissance régionale.
    1895 : guerre contre la Chine, victoire du Japon.
    1902 : traité d’alliance avec la Grande- Bretagne.
    1905 : guerre contre la Russie. La flotte russe est anéantie. Le Japon conquiert de nouveaux territoires en Chine.
    1910 : annexion de la Corée.
    1912 : mort de l’empereur Meiji. Son fils lui succède.

    Ere Taishô (1912 – 1925) : « La grande justesse » : expansionisme militaire
    1914 : première guerre mondiale. Le Japon déclare la guerre à l’Allemagne.
    1915 : le Japon adresse 21 demandes à la Chine.
    1918 : périodes de troubles : émeutes du riz, grèves dans les mines et les chantiers navals.
    1919 : traité de Versailles. Le Japon reçoit les possessions allemandes du Pacifique au nord de l’équateur. Rejet par les puissances occidentales des 21 demandes concernant la Chine.
    1920 : le Japon entre à la SDN (Société des Nations).

    Ere Shôwa (1926 – 1989) : « La paix éclairee »
    1925 : Hiro-Hito accède au trône. 
    1931 : invasion de la Mandchourie et des provinces du nord de la Chine
    1933 : le Japon quitte la SDN. La Mandchourie devient un état japonais.
    1937 : invasion de la Chine avec les bombardements stratégiques de Shanghaï et de Canton, ce qui va ensuite entraîner une résolution de blâme de la Société des Nations à l’encontre du Japon. Plus de deux cents mille civils sont exterminés lors du massacre de Nankin (Nanjing) par l’armée impériale japonaise. 
    1940 : pacte tripartite avec l’Allemagne et l’Italie (l’Axe).
    1941 : attaque de Pearl Harbor dans l’archipel d’Hawaï par les Japonais. Le Japon occupera alors la Birmanie, la Thaïlande, Hong Kong, Singapour, l’Indonésie, la Nouvelle Guinée et l’essentiel des îles du Pacifique, ce qui portera plus tard le nom de « Sphère de Prospérité de la grande Asie orientale ». Entrée en guerre des Etats-Unis.
    6 et 9 août 1945 : bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki par les Etats-Unis.
    8 août 1945 : déclaration de guerre de l’Union soviétique.
    14 août 1945 : l’empereur Shôwa signe la reddition de l’empire du Japon. 
    1945 - 1952 : confiné à l’archipel, le pays demeure sous la tutelle des Etats-Unis qui imposent une nouvelle constitution, plus démocratique et fournit une aide financière. L’empereur renonce à son ascendance divine. 
    1951 : fin de l’occupation américaine.
    1950 à 1980 : le Japon connaît une apogée culturelle et économique et une formidable croissance qui prend fin au début des années 1990.
    1972 : rapprochement avec la Chine par l’accord Chou en Laï / Tanaka.
    1989 : décès de l’empereur Hiro-Hito.

    Ere Heisei (1989 – ) : « La paix accomplie »
    1989 : Akihito, le 125ème empereur monte sur le trône.
    2000 : le Japon occupe, en termes de budget militaire, la cinquième place du monde en chiffres absolus. Ce n’est pas une grande puissance militaire.
    2003 : la guerre en Irak oblige le Japon à aménager sa constitution pour pouvoir développer des troupes hors de son territoire dans le cadre d‘opérations non strictement militaires : reconstruction, aide humanitaire, …..
    2007 : l’automne a été marqué par la démission du Premier ministre Shinzô Abe remplacé par Yasuo Fukuda.
    24/09/2008 : M. Taro Aso prend la suite de M. Yasuo Fukuda à la tête du gouvernement japonais. 
    16/09/2009 : Yukio Hatoyama devient le 60eme Premier Ministre du Japon.
    04/06/2010 : Naota Kan devient Premier Ministre.
    11/03/2011 : Un séisme de magnitude 9.0 suivi d’un tsunami frappent l’est du Tokotu, autour de Sendai provoquant la mort de plusieurs milliers de personnes et de graves dégâts dont le terrible accident nucléaire de Fukushima. Depuis lors, les efforts pour juguler la contamination environnementale progressent lentement.
    06/12/2012 : Retour au pouvoir de Shinzô Abe.

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport en cours de validité jusqu’à la date du retour.

    Pas de visa pour les séjours touristiques inférieurs à 3 mois.

    Les enfants doivent avoir leur propre passeport. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur le passeport des parents. Pour les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.

    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    Les ressortissants étrangers doivent se soumettre, à leur arrivée sur le territoire japonais, à la prise de données biométriques au moment des formalités d’immigration : prise d’empreintes digitales, photographie de face et entretien avec un officier d’immigration.

    Cette procédure s’applique à tous les ressortissants étrangers. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet des services d’immigration japonais : www.immi-moj.go.jp/english/index.html

    Autres nationalités, se renseigner auprès de l’Ambassade du Japon
    7, avenue Hoche
    75008 Paris
    Tél : 01.48.88.62.00
    Fax : 01.42.27.50.81/01.42.27.14.20 (service consulaire)
    Internet : http://www.fr.emb-japan.go.jp/
    Courriel : info-fr@amb-japon.fr

    Attention : Les formalités consulaires peuvent être modifiées à tout moment sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier ces informations auprès des instances consulaires du pays visité.

    Ambassade de France, Section consulaire
    4-11-44 Minami-Azabu - Minato-ku - Tokyo 106-8514
    Tél : [81] (3) 57 98 60 00
    Fax : [81] (3) 57 98 60 94
    Internet : http://www.ambafrance-jp.org/
    Courriel : infoconsul.tokyo-amba@diplomatie.gouv.fr

    Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises

  • Décalage horaire  :
  • Heure d’hiver : +8 heures 12H00 à Paris = 20H00 à Tokyo
    Heure d’été : +7 heures 12H00 à Paris = 19H00 à Tokyo

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers le Japon : 00 + 81 + numéro du correspondant sans le 0 initial
    Du Japon vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial

    Numéros utiles
    Police : 110
    Ambulances et pompiers : 119

    Internet
    Cybercafés dans les principales villes, wifi dans les hôtels.

    Electricité
    100 V AC/50 HZ à Tokyo et dans l’est du pays, 60 Hz dans l’ouest ; prises à deux fiches plates. Prévoir par précaution un adaptateur universel et un transformateur.

  • Monnaie :
  • La monnaie locale est le yen (¥), appellation internationale JPY
    1 € = 133 yen ; 1 yen = 0,0074 € (décembre 2017)

    Les euros en espèces se changent facilement au Japon.

    Une carte bancaire internationale peut dépanner pour les gros achats et permet de retirer du liquide dans les agences ou les distributeurs automatiques.

    Possibilité de changer des euros en Yen avant le départ à un taux avantageux chez MERSON, 33, rue Vivienne 75002 PARIS (tel. 01.42.33.81.67, merson@free.fr.change, www.aparismerson.com, ou dans votre banque (se renseigner au préalable)

  • Climat :
  • On trouve au Japon quatre saisons bien distinctes, les deux plus belles sont le printemps et l’automne.

    Le printemps : fin avril, début mai, les températures sont douces et agréables et les allées bordées de cerisiers en fleurs. Température idéale et peu de pluies.
    L’été : après la saison des pluies de mi-juin à mi-juillet débute l’été chaud et humide.
    L’automne : c’est une excellente période pour découvrir le Japon, ses forêts sont flamboyantes et les températures encore très douces.
    L’hiver : très rude dans le nord du pays, plus doux dans la région de Tôkyô avec beaucoup de soleil, c’est à cette période qu’on voit le mieux le Mont Fuji.

    Températures minimales/maximales
    Tokyo : en hiver de -2 à 11°, au printemps de 2° à 22°, en été de 17° à 30°, à l’automne de 6° à 26°
    Osaka : en hiver de 0° à 11°, au printemps de 3° à 23°, en été de 18° à 32°, à l’automne de 7° à 28°
    Kagoshima : en hiver de 3° à 13°, au printemps de 6° à 23°, en été de 19° à 31°, à l’automne de 9° à 28°

  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.

    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde. La vaccination contre l’hépatite A, l’hépatite B, la Typhoïde ou l’encéphalite japonaise peuvent être conseillées. 

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • Us et coutumes
    Le Japon est un pays raffiné où la règle d’or est le respect d’autrui et des règles de société.

    Salutations : il n’est pas d’usage de se serrer la main ou de s’embrasser pour se saluer. Les Japonais pratiquent l’O-jigi, cela consiste en l’inclinaison du corps vers l’interlocuteur, on peut l’utiliser aussi pour remercier, s’excuser.

    Invitation dans une maison japonaise :
    - Retirer ses chaussures avant de passer du sol du vestibule au plancher de la maison ;  
    - Ne pas donner de cadeau tout de suite mais seulement au cours de la conversation ;
    - Si l’on reçoit un cadeau, toujours ouvrir l’emballage avec les plus grands soins en évitant de déchirer le papier, même légèrement.

    A table : certaines règles sont à respecter au cours d’un repas pour éviter de choquer et de mettre mal à l’aise les personnes qui vous entourent :
    - Évitez de séparer vos baguettes pour découper un aliment, gardez les dans la même main ;
    - Évitez de passer vos aliments de baguettes à baguettes ;
    - En raison de certains liens avec des rites funéraires, vous ne devez pas planter vos baguettes dans votre bol de riz ;
    - Vous ne pouvez pas utiliser vos baguettes pour indiquer une direction, un objet ou une personne, ni de faire des grands gestes avec une baguette à la main ;
    - Ne pas se servir soi même à boire, il faut d’abord servir les autres convives ;

    En revanche, vous devez :
    - Faire du bruit en aspirant votre bol de soupe ou vos nouilles, les Japonais démontrent ainsi qu’ils apprécient la nourriture qu’ils sont en train de manger ;
    - Vous déchausser avant de passer à table (même dans les restaurants)
    - Manger dans la rue est très mal vu au Japon, et encore plus dans les transports en commun, même si la nouvelle génération tend à changer les choses.

    Ponctualité : être en retard est insultant pour les Japonais

    La coutume du bain : les bains publics ou les bains de ryokans ne sont pas individuels. On entre dans la salle de bains tout nu avec juste une petite serviette pour cacher ce qu’il y a à cacher. Cette serviette servira de gant de toilette et de serviette à la sortie. Il est fortement recommandé de se laver et rincer consciencieusement avant d’entrer dans la baignoire commune.

    Discrétion : les épanchements amoureux dans la rue sont très mal vus.

    Ne pas se moucher en public. Dans la rue, éviter de regarder les gens dans les yeux, d’être insistant. Éviter de parler fort et de faire des grands gestes, surtout dans les transports en commun

    Visites de temples : il n’y a pas de règles ou d’interdictions spécifiques dans la religion shintô en général. Une fois passé le Torii, un petit bassin d’eau muni d’une louche permet à ceux qui le souhaitent de se laver les mains. Après avoir choisi le pavillon le plus favorable à sa méditation, on peut taper des mains deux fois pour appeler Kami-sama avant de faire une courte prière, à la fin, on retapera encore deux fois dans les mains.

    Dans les trains : on ne doit pas faire usage des téléphones portables.

    Tenue vestimentaire : évitez les shorts courts, les larges décolletés, les vêtements moulants.

    Photos
    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.

    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel voyages) :
    En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits. Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Dons (cf La Charte du Voyageur d’Arvel voyages)
    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat. (…)

    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :
    - Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.
    - Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).
    - Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • La langue officielle est le japonais. Cependant la plupart des Japonais étudient l'anglais au lycée.
    Il est conseillé parfois de passer par l’écriture pour être certain de bien vous faire comprendre.
    L'Office national du tourisme japonais a publié un petit manuel pratique du voyageur : http://www.jnto.go.jp/eng/touristhandbook/fra.pdf
    Vous pouvez aussi apprendre quelques formules en japonais qui seront toujours très appréciées pour établir un contact.


    Bonjour : konnichiwa
    Au revoir : sayonara
    S’il vous plait : kudasai/onegai shimasu
    Merci : arigato
    Oui : hai
    Non : iie
    Combien ça coûte ? : ikura desu ka ?

     

    Bien preparer son voyage

    https://www.tourisme-japon.fr


    Bibliographie

    "Japon, Peuple et Civilisation", Jean François SABOURET, La Découverte, 2004. Recueil d’articles rédigés par des spécialistes Français et Japonais qui empreinte les thèmes de la géographie, l’histoire, la démographie, le sociologie, l’ethnologie, et l’anthropologie.
    "Le Japon des Japonais", Philippe PONS et Pierre François SOUYRI, Liana Lévy, coll. L’autre Guide, 2004. Guide sur la découverte du peuple japonais
    "Le Japon, une puissance en question", Philippe PELLETIER, La Documentation Française,  2004. Analyse sur le développement économique du Japon avec un focus sur la ville de Tôkyô.
    "Japon, société camisole de force", Masao MIYAMOTO, Philippe Picquier, coll.  Philippe Picquier Poche, 2001. Analyse et constat accablant de la société japonaise par un haut fonctionnaire révoqué du ministère de la santé.
    "Homo Japonicus", Muriel JOLIVET, Philippe Picquier, coll. Philippe Picquier Poche , 2002. Récits recueillis par Muriel Jolivet, c’est le Japon familier raconté par des hommes qui y vivent.
    "Contes de pluie et de lune", Ueda AKINARI, Gallimard/Unesco, coll. Connaissance de l’Orient, 1990. Recueil de contes fantastiques mélangeant magie, poésie et réalité.
    "Les gens de la rue des rêves", Teru MIYAMOTO, Philippe Picquier, coll.  Philippe Picquier Poche, 1999. Roman qui décrit avec beaucoup de finesse la vie des habitants d’une rue commerçante d’Osaka.
    "Religions, croyances et traditions populaires du Japon", Hartmud ROTERMUND, Maisonneuve & Larose, 2000. Essai sur l’organisation des croyances et des traditions japonaises
    "Le puissant royaume du Japon", François CARON, Editions Michel CHANDEIGNE, 2003. Récit d’après la description de François Caron en 1636.
    "Fantômes et Samouraïs : Hanshichi mène l’enquête à Edo", Kido OKAMOTO, Philippe Picquier, Philippe Picquier Poche, 2007. Rencontre avec un Sherlock Holmes japonais.
    "Kafka sur le rivage", Haruki MURAKAMI, Belfond, 2006. Roman d’initiation entre poésie, philosophie et psychanalyse.
    "La course au mouton sauvage", Haruki MURAKAMI, Points, 2002.
    "Danse, danse, danse", Haruki MURAKAMI, Points, 2004 (et aussi du même auteur : La fin des temps, Chroniques de l’oiseau à ressort, Au bord de la frontière, à l’ouest du soleil, etc….)
    "Chronique japonaise", Nicolas BOUVIER, Payot, 2001 (et aussi du même auteur : Le Japon, Le vide et le plein : Carnets du Japon 1964-1970)
    "Le Dit du Genji (Genji monogatari)", Shibiku MURASAKI. Chef d’œuvre de la littérature mondiale et texte fondateur du roman japonais écrit par une jeune femme au début du XIème siècle dans l’atmosphère raffinée de la cour impériale de Heian, actuelle Kyôto. Le texte apporte un éclairage exceptionnel sur la culture japonaise : poésie, musique et peinture accompagnent cet exceptionnel ouvrage littéraire.
    "Nouvelle Histoire du Japon", Pierre-François SOUYRI, Perrin, 2010. Synthèse exhaustive de l’histoire du Japon qui permet – une fois débarassés des clichés de notre imaginaire – de mieux comprendre comment s’est construite l’une des puissances majeures de notre temps.
    "Tokyo Sisters : dans l’intimité des femmes japonaises", Raphaëlle CHOEL et Julie ROVERO-CARREZ, Autrement, 2010. Chroniques sur la vie des femmes de Tôkyô : leur quotidien, leurs paradoxes, leurs envies…
    "Cuisine du Japon", Shunsuke FUKUSHIMA
    "Japon", Berlitz, guide de voyage, 2000 
    "Tokyo et Kyoto", Hachette, coll. Guide bleu Evasion, 2000
    "Japon", Guide Lonely Planet, 2007. Très complet

    Filmographie

    "Les sept samouraïs", 1954 / "Kagemusha , l’ombre du guerrier", 1980 / "Ran", 1985 , etc., Akira KUROSAWA  
    "Hana-Bi", 1997 / "Zatoichi", 2003 , etc., Takeshi KITANO
    "Voyage à Tokyo", 1953 / "Il était un père", 1942, etc., Yasujiro OZU
    "Tokyo Sonata", 2009, Kiyoshi KUROSAWA
    "Le Voyage de Chihiro", 2001, Hayao MIYAZAKI
    "Le tombeau des lucioles", 1988, Isao TAKAHATA
    "La ballade de Narayama", 1983 / Eijanaika, 1981 / Docteur Akagi, 1998, Shohei  IMAMURA
    "Tokyo Fist", 1995, Shinya TSUKAMOTO
    "Le cimetière de la Morale", 2006, Kinji FUKASAKU
    "Les contes de la lune vague après la pluie", 1953 / "La vie d’O’Haru femme galante", 1952 / "L’intendant Sansho", 1954 / "Les amants crucifiés", 1954 – Kenji MIZOGUCHI
    "Chrysanthèmes tardifs", 1954 / Nuages épars, 1967, etc., Mikio NARUSE
    "Le samouraï que j’aimais", Mitsuo KUROTSUCHI. Amours et combats dans le Japon féodal.
    "Shogun", Jerry LONDON. Feuilleton télévisé américano-japonais d’après le roman éponyme de James CLAVELL : intéressant portrait du Japon au XVème siècle.
    "Mémoires d’une geisha", 2005, Rob MARSHALL
    "Tokyo", 2008, Michel GONDRY, Joon Ho BONG & Léos CARAX

    Sitographie

    http://www.t-enami.org ou http://pinktentacle.com/2009/10/animated-stereoviews-of-old-japan/  Ces deux sites permettent de redécouvrir un photographe des ères Meiji et Taisho, désormais considéré comme un des maîtres de la photographie japonaise ancienne. Ses vues stéréoscopiques sont animées par un artifice informatique pour une mise en relief sur l’écran de l’ordinateur.

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/