Cuba

La métissée - 15j

Cuba
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Cuba
  • Carte d’identité  :
  • République de Cuba
    Nature du régime : socialiste
    Chef de l'Etat : Raul Castro, président   (depuis 2008)                        
    Capitale : La Havane
    Superficie : 106 525 km2
    Population : 11 362 505 habitants
    Densité de population : 101 hab./km2
    Langues :
    espagnol
    PIB par habitant :
    7 970 $
    Taux d'alphabétisation des adultes :
    99,8 %
    Espérance de vie :
    79,4 ans 
    Religions :
    catholique
    Croissance démographique annuelle :
    -0,1%   
    I.D.H. :
    0780, 59ème rang 
    Fête nationale :
    25, 26 et 27 juillet (Journée de la Rébellion Nationale)
    Jours fériés : 1er et 2 janvier (Triomphe de la Révolution Cubaine), 1er mai (fête du Travail), 10 octobre (Journée de l’Indépendance), 25 décembre (Noël).

  • Repères historiques  :
  • 1512 : l'espagnol Diego Velazquez débarque à Baracoa. Les Espagnols s'installent et fondent sept villes sur l'île.
    1722 : arrivée des premiers contingents d'esclaves pour cultiver la canne à sucre et le tabac. 
    1762 : l'Espagne est impliquée dans la guerre de 7 ans qui oppose la France et la Grande-Bretagne. Les troupes britanniques prennent La Havane.
    1763 : le traité de Paris restitue Cuba à l'Espagne.
    1820 : Cuba est au premier rang des producteurs de canne à sucre.
    1848 : les Etats-Unis proposent de racheter Cuba à l'Espagne pour 100 millions de dollars. L'offre est repoussée.
    1868 : rébellion anti-espagnole dans la province de l'Oriente. Dirigés par le général Maximo Gomez, les insurgés s'emparent de la partie est de l'île et réclament la libération des esclaves. La guerre d'indépendance s'enlise …
    1878 : signature d'un pacte amnistiant les insurgés. Les conflits ont fait 200 victimes et Madrid reste maître de l'île.
    1895 : seconde guerre d'indépendance.
    1898 : les Etats-Unis voient dans la guerre d'indépendance l'occasion de s'emparer de Cuba et déclarent la guerre à l'Espagne. Un traité de paix, la même année, place l'île sous occupation militaire américaine.
    1900 : une constitution est rédigée. Elle confère aux Etats-Unis le droit d'intervenir militairement dans les affaires intérieures de l'île.
    1902 : Proclamation de l'indépendance de Cuba.
    1912 : une vague de manifestation des Afro-cubains contre la discrimination raciale se solde par 3000 morts.
    1929 : le président Gerardo Machado y Morales instaure une dictature pour endiguer toute opposition née de la crise économique.
    1933 : le sergent Fulgencio Batista s'empare du pouvoir. Son emprise autoritaire dure jusqu'en 1940, date à laquelle il se fait élire en bonne et due forme à la tête du pays.
    1944 : le président Grau succède à Batista.
    1952 : nouveau coup d'état et dictature de Batista. En réaction un cercle révolutionnaire se crée à La Havane, autour de Fidel Castro.
    1953 : Castro et 119 rebelles attaquent sans succès une caserne à Santiago de Cuba. Castro quitte le pays pour le Mexique où il rencontre Ernesto Che Guevara.
    1956 : les rebelles débarquent dans l'Oriente. Le groupe est décimé et se réfugie dans la Sierra Maestra.
    1959 : la fuite de Batista consacre la victoire des rebelles. "La "révolution socialiste" commence.
    1960 : les relations entre Cuba et les Etats-Unis commencent à se dégrader. L'URSS coopère avec Cuba. 
    1961 : crise de la Baie des Cochons : un corps de 1500 anti-castristes formés par la CIA débarque sur l'île. Cette tentative de contre-révolution est mise en échec en 48 heures. Castro proclame la même année le caractère marxiste-léniniste de la révolution cubaine. L'embargo américain sur l'île commence à pénaliser durement son économie. Environ 250 000 Cubains quittent l'île entre 1959 et 1962.
    1962 : second sursaut de tension avec la "crise des missiles" qui met le monde au bord de la guerre nucléaire. L'URSS décide d'installer des rampes de lancement des missiles à Cuba, mais, face à la fermeté américaine, fait machine arrière.
    1965 : début de " l'internationalisme cubain". Castro et Che Guevara mettent en place un soutien actif aux mouvements de guerilla en Amérique Latine et en Afrique (Angola).
    1967, 9 octobre : Ernesto Gue Guevera est tué dans le maquis bolivien où il menait une guérilla révolutionnaire.
    1968 : nationalisation de 55 000 entreprises privées. Les pénuries se multiplient.
    1975 : Cuba envoie un détachement de 18 000 hommes en Angola.
    1977 : Cuba détache 17 000 soldats en Ethiopie.
    1980 : l'économie cubaine, calquée sur le modèle soviétique, se montre incapable de répondre aux besoins. Le processus de "rectification" vise à réduire le poids de la bureaucratie dans l'île.
    1989 : campagne anti-corruption. Accusés de "trafic de drogue", 4 militaires de haut grade, très proches de Castro, sont fusillés, parmi eux le général Ochoa, compagnon de Che Guevara en Bolivie et "héros de la Révolution".
    1990 : la fragile économique cubaine souffre de l'effondrement du bloc communiste. Castro décrète un programme d'austérité sous le nom de "periodo especial".
    1991 : la Russie annonce le retrait de ses 11 000 conseillers et techniciens militaires en poste à Cuba. Les références au marxisme-léninisme sont supprimées de la Constitution cubaine.
    1992 : les Etats-Unis adoptent le Torricelli Act, qui interdit aux filières étrangères de ses multinationales de commencer avec Cuba.
    1993 : "libéralisation" de l'économie individuelle. Les Cubains sont autorisés à posséder des dollars.
    1994 : 35 000 Cubains – appelés balseros – fuient l'île à bord d'embarcations en balsa. Les marchés libre paysans sont autorisés. L'île s'ouvre au tourisme international.
    1995 : les investissements directs étrangers sont autorisés. Les Etats-Unis répliquent avec la loi Helms-Burton, qui permet aux investisseurs américains d'attaquer en justice les sociétés étrangères qui utilisent à Cuba des biens confisqués lors de la révolution. L'embargo économique américain est condamné par l'ONU.
    1998 : visite du Pape Jean-Paul II.
    2000 : le congrès américain vote quelques mesures visant à alléger l'embargo sur Cuba.
    2008, février : Raul Castro devient président de la République.
    2008, septembre : les ouragans Gustav et Ike frappent l’île de Cuba. 
    2008, octobre: reprise de la coopération entre Cuba et l’Union Européenne.
    2009, avril : fin des restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Américano-cubains vers l'île.
    2009, juin : levée de l'exclusion de Cuba de l'Organisation des États américains (OEA), décidée en 1962.
    2010 : plus de 50 détenus arrêtés lors du « printemps de Cuba » en 2003 sont libérés à condition (pour la plupart) qu’ils s’exilent, après qu’Orlando Zapata décède à la suite d’une grève de la faim observée pour protester contre ses conditions de détention.
    2011 : VIe Congrès du parti communiste, où sont entérinées un grand nombre de mesures visant à libéraliser partiellement l’économie cubaine ; les dirigeants historiques du régime sont reconduits pour la plupart dans leurs fonctions au sein d’un Bureau politique resserré.
    2014 : Barack Obama et Raul Castro annonce l’ouverture de discussions en vue de normaliser les relations entre leur pays respectif.
    2015 : rétablissement officiel des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis.
    2016 : Barack Obama se rend à La Havane dans le cadre de la première visite officielle d’un président américain depuis 1928. 

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport en cours de validité.
    Pas de visa, mais une carte de tourisme est obligatoire (25 € à ce jour).
    Il faut en faire la demande auprès du Consulat de Cuba à Paris ou la demander à Arvel Voyages.

    Les enfants doivent avoir leur propre passeport. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur  le passeport des parents.
    Pour  les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.
    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    Autres nationalités, se renseigner auprès du Consulat de Cuba 
    14, rue de Presles   
    75015  PARIS       
    Tel 01 45 67 55 35 ou 01.45.67.55.35 
    Fax : 01.45.67.08.91 
    Internet : http://www.cubaparis.org/
    Courriel : conscu@ambacuba.fr

    Attention : les formalités consulaires peuvent être modifiées sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier les informations auprès des instances consulaires du pays visité.

    Consulat de France (à Cuba)
    Calle 14 - n° 312 - entre 3ra y 5ta - Miramar Playa - La Havane
    Tél : +53 (7) 201 31 21
    Fax : +53 (7) 201 31 27
    Internet : http://www.ambafrance-cu.org/
    Courriel : internet.la-havane-amba@diplomatie.gouv.fr

    Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises.


  • Décalage horaire  :
  • Heure d’hiver : - 5 heures ; 12H00 à Paris = 07H00 à La Havane
    Heure d’été : - 6 heures ; 12H00 à Paris = 06H00 à La Havane

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers Cuba : 00+53+ l’indicatif de la ville + le numéro du correspondant.
    De Cuba vers la France : 119 + 33 + l'indicatif région sans le 0 suivi des 8 chiffres du numéro de votre correspondant.

    Internet
    Des points Internet sont accessibles dans toutes les grandes villes.

    Electricité : 110 V, fiches plates. Prévoir un adaptateur

  • Monnaie :
  • Le convertible peso (CUC), seule monnaie utilisable par les étrangers.

    1 CUC = 0,88€ ; 1€ = 1,12 CUC (avril 2016)

    Il est préférable de prévoir des euros en espèces (en petites coupures). Vous pouvez également prendre des US dollars en espèces, mais, lors du change, sachez que la commission est de 15%… Ne changez que dans des organismes bancaires agréés. Les cartes bancaires internationales peuvent être utiles.

  • Climat :
  • Saison sèche et chaude de décembre à avril, saison humide et chaude d’avril à novembre.

    Moyenne des températures maximales/minimales

                                                Hiver                printemps            été                  automne
    La Havane                        26°                   27 à 30 °              31 à 32°        27 à 31 °
                                                18 à 19°          19 à 22 °              23 à 24°        21 à 24°
    Santiago de Cuba           28 à 29°          29°                        31 à 32°        29 à 32°
                                                18 à 20°          19 à 21°               22 à 23°        21 à 23°


  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.

    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr

    Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde.

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation) un antibiotique à spectre large. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • Photos
    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.

    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages) :
    En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits.Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Dons (cf La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages)
    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat.

    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :
    - Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons et cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.
    - Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, associations, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).
    - Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • Bonjour : buenas, hola
    Au revoir : adios
    Merci : gracias
    S’il vous plaît : por favor
    Oui : si
    Non : no
    Combien coûte… ? : cuanto vale… ?

    Bibliographie

    "Cuba", Jean Lamore, Paris, PUF - Que Sais-Je, 1992
    "Vie et mort de la révolution cubaine", Daniel Alarcon R., Paris, Ed. Fayard, 1996
    "Cuba : une transition à haut risque", Janette Habel, Revue "Problèmes d'Amérique Latine" n° 17, juin 1995
    "Les veines ouvertes de l'Amérique Latine", Eduardo Galeano, Plon-Terre Humaine
    "Fin de siècle à la Havane", Jean F. Fogel et Bertrand Rosenthal, Le Seuil 1993
    "Che Guevara, compagnon de la Révolution", Jean Cormier, Gallimard, Coll. Découvertes
    "Oeuvres", Che Guevara, Maspero. Paris 1972 - textes érudits
    "Le socialisme et l'homme", Che Guevara,  La Découverte. Paris 1995
    "Journal de Bolivie", Che Guevara, Maspero. Paris 1968. La Découverte 1995
    "Le siècle des Lumières", Alejo Carpentier
    "En avoir ou pas", et  "Le vieil homme et la mer", Ernest Hemingway
    "Paradiso", Lezama Lima
    "Très tristes tigres", Guillermo Cabrera Infante
    "Sonsoro Consongo", El son entero, Nicolas Guillem
    "La douleur du dollar", le néant quotidien, Zoé Valdes 

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs