Ethiopie

Abyssale Abyssinie - 17 j

Ethiopie
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Ethiopie
  • Carte d’identité  :
  • Nature de l'Etat : république fédérale démocratique
    Nature du régime : autoritaire
    Chef de l'Etat : Mulatu Teshome, président (depuis le 07/10/13)
    Premier ministre : Haile Mariam Dessalegn
    Capitale : Addis-Abéba
    Superficie : 1 127 127 km2 (2 fois la France)
    Population : 99.4 millions d’habitants
    Densité de population : 88 habitants/km2
    Langues : amharique, oromo, tigrinya, guragé, afar, somali, wälayta, etc.
    PIB par habitant : 706 us$  (2016)
    Taux d'alphabétisation des adultes : 39% 
    Espérance de vie : 63 ans 
    Religions : orthodoxes (43,5 %), protestants (18,6 %) catholiques (0,7 %), musulmans (33,9%), autres (3,2%).
    Croissance démographique annuelle : 2.6 %  
    I.D.H. : 0.396 (173ème rang)
    Fête nationale : 28 mai, défaite du régime de Mengistu (1991) 
    Jours fériés : 1er janvier (Nouvel An), 8 mars (Journée internationale de la femme), 1er mai (fête du Travail), 24 mai (fête de la Libération), 20 juin (Jour des Martyrs), 1er septembre (début de la lutte armée) et les fêtes religieuses orthodoxes et musulmanes (dates variables).

  • Repères historiques  :
  • IVe siècle après J.C. : conversion du Négus (titre du souverain du pays) au christianisme par un jeune syrien. 
    Ve siècle après J.C. : conversion du peuple au christianisme par des moines venus d’Antioche.
    XIII e siècle : brillante renaissance du pays après une longue période de troubles et des invasions arabes le long de la Mer Rouge. Ordres religieux, monastères, églises fleurissent.
    XIII e au XVI e siècle : longues périodes de luttes meurtrières et destructrices entre chrétiens et musulmans.
    XVIII e siècle : le pays est affaibli par les luttes et divisions internes au sein du pouvoir, de l’armée et de l’Eglise face aux ambitions française, britannique, portugaise et égyptienne. Les seigneurs chrétiens s’opposent aux princes musulmans, les rivalités régionales entre le Tigré, l’Amhara et l’Oromo se réveillent.
    1855 : Théodoros II est sacré empereur. Il s’efforce d’unifier et moderniser le pays.
    1868 : expédition britannique de Lord Napier et suicide de Théodoros II
    1872 - 1889 : sacre et mort de l’empereur Johannès IV
    1890 : sacre de l’empereur Ménélik II. Il agrandit l’empire et écrase les troupes italiennes à Adoua le 1er mars 1896, date symbole de la naissance du premier Etat-nation africain. Addis-Abéba devient capitale.
    1930 : Tafari Makonnen, régent, devient empereur d’Ethiopie (Negus) sous le nom d’Haïlé Sélassié 1er. Il promulgue une Constitution de type occidental.
    3 octobre 1935 : l’Italie envahit l’Ethiopie qui devient une colonie jusqu’en 1941. L’Ethiopie forme de fait avec l’Erythrée et la Somalie, l’Afrique orientale italienne.
    5 mai 1941 : Haïlé Sélassié entre dans Addis-Abéba avec l’armée britannique. Capitulation de l’Italie, le territoire est placé sous mandat britannique.
    19 décembre 1944 : l’Ethiopie redevient un Etat souverain.
    1950 : l’ONU se prononce en faveur d’une fédération entre l’Ethiopie et l’Erythrée qui entre en vigueur le 15 septembre 1952.
    1955 : révision constitutionnelle. L’Eglise orthodoxe éthiopienne est définie comme Eglise d’Etat.
    1962 : l’Assemblée érythréenne vote sa propre dissolution. L’Erythrée devient province éthiopienne. Un mouvement séparatiste se forme et s’affirme par une guérilla ponctuée d’attentats.
    26 décembre 1970 : l’état d’urgence est proclamé en Erythrée.
    1970 – 1974 : famine meurtrière due à la sécheresse
    Février 1974 : grève des enseignants et des étudiants, mutineries. Le pouvoir militaire se renforce.
    5 juillet 1974 : un comité militaire rebelle prend le nom de DERG (Conseil national militaire). L’identité de son chef, Mengistu Haïlé Mariam, ne sera connue qu’en novembre.
    12 septembre 1974 : les militaires déposent le Negus et suspendent la Constitution
    21 décembre 1974 : l’Ethiopie s’engage sur la voie du socialisme, la rébellion érythréenne passe de la guérilla à la guerre.
    17 mars 1975 : abolition de la monarchie par le DERG.
    27 août 1975 : mort d’Haïlé Sélassié.
    3 février 1977 : Mengistu assassine le Chef de l’Etat en titre, le général Teferi Bante et s’empare du pouvoir.
    1977 : le Front de libération de l’Erythrée (FLE) et le Front populaire de libération de l’Erythrée (FPLE) s’emparent des principales villes d’Erythrée : Asmara est encerclée.
    1977-1978 : « Guerre de l’Ogaden » entre Ethiopie et Somalie. Défaite, la Somalie, jusqu’alors liée à l’URSS, expulse les conseillers soviétiques présents sur son territoire.
    1984 - 1986 : Escarmouches incessantes entre rebelles érythréens et armée éthiopienne
    1984 - 1985 : nouvelle sécheresse
    1984 : « opération Moïse » : 15 000 falachas (juifs noirs d’Ethiopie) émigrent en Israël. De nouveaux transferts auront lieu en 1991 et 1997.
    1987 : nouvelle révision constitutionnelle qui fait de l’Ethiopie, une république populaire et démocratique.
    1988 : accord de paix avec la Somalie.
    1989 : échec des négociations de paix avec l’Erythrée.
    1989 - 1990 : le désengagement de l’URSS affaiblit le régime
    février 1990 : les forces érythréennes s’emparent de Massaoua et assiègent Asmara
    2 avril 1991 : Le Front Populaire de Libération du Tigré (FPLT) encercle Addis-Abéba et contrôle une bonne partie du pays.
    21 mai 1991 : Mengistu s’enfuit au Zimbabwe. Le général Tesfaye Kidane assure l’interim du pouvoir jusqu’à ce que Mélès Zenawi devienne président le 23 juillet.
    1993 : l’Erythrée accède à l’Indépendance après un référendum organisé du 23 au 25 avril par l’ONU. Le pays devient en juin, le 182ème Etat du monde.
    1994 : une nouvelle constitution fait de l’Ethiopie un Etat fédéral
    22 août 1995 : Negasso Gidada succède à Meles Zenawi qui devient premier ministre et assure la direction effective du pays.
    12 décembre 2000 : accord de paix signé à Alger qui met un terme à un conflit très meurtrier.
    8 octobre 2001 : Election par le Parlement à la présidence de la République de Girma Wolde-Giorgis.
    13 avril 2002 : Les deux pays s’engagent à respecter la frontière fixée par une commission d’arbitrage. 
    septembre 2003 : L’Ethiopie se rétracte. Depuis, la tension entre les deux pays ne cesse de croître et l’opposition en Ethiopie élève de plus en plus la voix.
    28 décembre 2006 : Les troupes gouvernementales somaliennes, appuyées par l’armée éthiopienne, ont pris Mogadiscio afin de chasser les milices islamiques compromettant le fragile équilibre régional. 
    23 janvier 2007 : Début du retrait des troupes éthiopiennes de Somalie.
    20 août 2012 : Mort de Mélès Zenawi, à la tête du pays depuis 21 ans, tout d’abord comme Président de la République puis comme Premier Ministre. Appelé le « négus mystérieux », cet ancien marxiste converti avec succès au capitalisme, était un homme d’une trempe peu commune, que regrettent les Occidentaux et les Chinois, mais que les Shebab somaliens et son ancien allié érythréen vouent aux enfers.
    15 septembre 2012 : Hailemariam Desalegn, Premier ministre par intérim, est élu à la tête de la coalition du pouvoir, l’EPRDF, formation au fonctionnement très secret.
    21 septembre 2012 : Hailemariam Desalegn, dauphin désigné de Mélès Zenawi depuis 2010, devient Premier ministre en prêtant serment devant le Parlement. Il incarne le nouveau visage de l’Ethiopie. Pour la première fois, l’Ethiopie sera dirigée par un homme qui n’est ni membre de la puissante communauté tigréenne du nord du pays, ni de religion orthodoxe. Hailemariam, appartient à l’ethnie Wolayta, de confession protestante, qui vit dans le sud du pays. 
    7 octobre 2013 : Mulatu Teshome est élu président à la suite de Girma Wolde-Giorgis, président du 08/10/01 au 07/10/13.

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport en cours de validité au-moins 6 mois après la date de retour.

    Visa obligatoire : il s'obtient à l'aéroport d'ADDIS ABEBA à l'arrivée (55 USD, soit 48€ env. à ce jour).

    Les enfants doivent avoir leur propre passeport. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur le passeport des parents. Pour les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.

    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    A compter du 15 janvier  2017 l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs non accompagnés d’un de leurs parents est à nouveau obligatoire.
    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11090
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922 

    Autres nationalités, se renseigner auprès de l'Ambassade d’Ethiopie
    35, avenue Charles Floquet
    75007Paris
    01.47.83.83.95  
    embeth@free.fr
    www.ethiopianembassy.fr

    Attention : Les formalités consulaires et les tarifs des visas peuvent être modifiés à tout moment sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier ces informations auprès des instances consulaires du pays visité.

    Ambassade de France à Addis Abéba
    Quartier Kabana - PO Box 1464 - Addis Abéba
    Tél : + 251 (0) 11 40 00 00 / + 251 (0) 935 99 85 35 ou 36 ou 37
    Internet : www.ambafrance-et.org/
    Courriel : contact@ambafrance-et.org

    Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises.

    En cas d’urgence : tél : + 251 (0) 9 11 20 88 95

  • Décalage horaire  :
  • + 2 heures en hiver : 12H00 à Paris = 14H00 à Addis Abeba
    + 1 heure en été : 12H00 à Paris = 13H00 à Addis Abeb

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers l’Ethiopie : 00 + 251 + numéro du correspondant sans le 0 initial
    De l’Ethiopie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial

    Internet
    On trouve des cybercafés à Addis-Abéba et dans les grandes villes.

    Electricité
    courant 220 V, prévoir adaptateur pour prise électrique

  • Monnaie :
  • La monnaie nationale est le birr, divisé en 100 centimes (appellation internationale ETB)
    1 € = 31.79 birr ; 1 birr = 0.030 € (septembre 2018)

    Munissez-vous d’euros en liquide pour vos dépenses personnelles. Il y a très peu de distributeurs automatiques de billets, principalement situés dans les grands hôtels de la capitale.

  • Climat :
  • Saison sèche : octobre à mai. Saison des pluies : juin à septembre.

    Le climat est plutôt tempéré sur le plateau abyssin. Addis Abéba est réputée bénéficier d’un des climats les plus sains du monde. Températures agréables, voire chaudes dans la journée et fraîches, voire froides le soir pendant la saison sèche d’octobre à février.

    Températures minimales/ maximales
    Addis-Abeba (2355 m) : en hiver et en automne de 5° à 22°, au printemps et en été de 10° à 25°.
    Jimma (1750 m) : en hiver et en automne de 10° à 27°, au printemps et en été de 14° à 27°.

  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.

    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr/fr/map

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde. Les vaccinations contre l'hépatite A, la fièvre jaune et les méningites sont recommandées. Un traitement antipaludéen est conseillé. Transmission du paludisme toute l’année dans tout le pays au-dessous de 2000 m. Absence de risque à Addis-Abeba.

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large, des produits anti-moustiques et anti-puces, un aspivenin, corticoïdes et anticoagulants (piqûres de scorpions ou serpents). Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

    Les pharmacies en Éthiopie ont un approvisionnement aléatoire : ayez avec vous tout médicament dont vous pourriez avoir besoin.

  • Voyageur responsable  :
  • Us et coutumes/comportement
    Ce voyage vous mettra en contact avec un pays encore peu ouvert au tourisme et avec une nature encore bien préservée et exceptionnelle. Nous vous recommandons donc d’être particulièrement soucieux de la protection de sa faune et de sa flore ainsi que de ses inestimables richesses culturelles. Ceci peut se traduire par des gestes simples: ne rien jeter spontanément pendant la randonnée, brûler tout ce qui peut l'être (papier hygiénique inclus) dés lors que cela ne présente pas de danger d’incendie, ne pas hésiter à demander conseil à vos guides locaux.  

    Les Éthiopiens sont connus pour leur ferveur religieuse.

    Photos
    Tous les appareils photos et les caméscopes sont autorisés; ces derniers doivent être déclarés à la douane à l'arrivée. Il est permis de prendre des photos dans la majorité des sites historiques et des lieux saints. En revanche, l’utilisation de caméscopes peut-être interdite dans certaines églises, adressez-vous au gardien pour vous en informer.

    Il est strictement interdit de photographier au flash les peintures murales que vous aurez le bonheur d’observer car la matière picturale ne supportera pas longtemps un éclairement agressif de ce type.

    L'utilisation d'appareils photographiques et caméscope est souvent payante.

    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.

    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages) : En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits. Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Dons (cf La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages)

    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat. (…)

    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :
    - Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.
    - Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).
    - Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • La langue la plus pratiquée est l’amharique. L’anglais est aussi utilisé.

    Bonjour : endemen aderk (m), endemen adersh (f), endemen aderachu (pl)
    Bonsoir : endemen walk (m), endemen walsh (f), endemen walachu (pl)
    Comment allez-vous : indemen alleh (m), indemen allesh (f), indemen allachihu (pl)
    Je me porte bien : dehna negn
    Et vous? : anchis?
    Salut : tenaa isteling
    Merci : amesegi nalehugn
    S’il te plait : i’bakih (m), i’bakish (f)
    S’il vous plait : i’bakwon
    Excusez-moi : yiQirta
    Oui : aawou
    Non : ai

     

    BIBLIOGRAPHIE

    « Ethiopie, au fabuleux pays du Prêtre Jean », Luigi Cantamessa et Marc Aubert, Olizane, 2014
    « L’Art en Ethiopie », Walter Raunig, Hazan, 2005
    « Peintures sacrées d’Ethiopie », Claire Bosc-Tiess et Anaïs Wion, Sepia, 2005
    « Les Ethiopiens », Kristen Stoffregen-Pedersen, Brepols, 1996
    « La corne d’Afrique », Carol Beckwith et Angela Fischer, Chêne, 1990
    « Rimbaud en Abyssinie » Alain Borer, Points, 2004
    « Retour en Ethiopie » Marc de Gouvenain, Actes sud, 2001
    « Le train du Négus » Patrick Forestier, Grasset, 1994
    « Aventure et légendes de l’Afrique à la mer Rouge », Tome 3, Henry de Monfreid, Grasset, 1993
    « Eleveurs d’Ethiopie », Bernard Faye, Karthala, 1992
    « Du fond des temps », Bernard Mathieu, Gallimard, 2009


     

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/