Namibie

L’eden africain - 14j

Namibie
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Namibie
  • Carte d’identité  :
  • République de Namibie
    Nature de l’Etat : république 
    Nature du régime : multipartisme à régime présidentiel
    Chef de l’Etat : Hage Geingob, président (depuis mars 2015) 
    Capitale : Windhoek
    Superficie : 824 270 km²
    Population : 2 259 393 habitants 
    Ovambos et Ndongas 50%, Kavangos 9%, Hereros 7,7%, Damaras 7,5%, Namas ou Namaquas 5%, Capriviens 4%, Métis 4%, Bochimans ou San 3%, Basters 2,5 %, Himbas 0,5%, Blancs 8%
    Densité de population : 2,5 habitants/km2
    PIB par habitant : 4 140 USD 
    Langues  officielles : afrikaans, anglais (officieuses : bantou, khoisan, allemand)
    Taux d’alphabétisation des adultes : 76,5%
    Espérance de vie : 64 ans                         
    Croissance démographique annuelle : 1,55 % par an
    Religions : christianisme (85 %), animismes (15 %)
    IDH
    : 0,64 (132ème rang)
    Fête nationale : 21 mars (Fête de l’Indépendance)
    Jours fériés : 1er janvier (Jour de l’An), Vendredi Saint, dimanche et lundi de Pâques, 1er mai (Fête du Travail), 4 mai (Journée de Cassinga), 25 mai (Journée de l’Afrique), 26 août (Fête des Héros), 25 décembre (Noël), 26 décembre (Fête de la Famille).

  • Repères historiques  :
  • 4 millions d'années av. J.-C : un groupe de primates fossiles s'établit dans les savanes de l'Afrique australe, le "berceau de l'humanité". 
    XVe siècle : les Khoi-Khoi, venus du Sud, dominent toute l'Afrique australe. Dans le même temps, les marins portugais cherchent la route des Indes ; le capitaine Diego Cão accoste au cap Cross où il érige un padrão (croix) dédié à son protecteur, le roi João II, qui servira de repère aux explorateurs suivants. 
    XVIIe siècle : les Herero, peuple de pasteurs de langue bantoue, occupent le nord et l'ouest du pays, s'opposant violemment aux Khoi-Khoi et soumettant progressivement tous les groupes indigènes. 
    1750 : Jacobus Coetse, un chasseur d'éléphants du Cap, est le premier Blanc à traverser l'Orange. Il ouvre la voie aux chasseurs et aux missionnaires. 
    1878 : craignant les incursions étrangères, les autorités du Cap placent les ports d'Angra Pequena et de Walvis Bay sous protection hollandaise. Parallèlement se poursuit l'ouvre évangélisatrice, avec la création de plusieurs missions. 
    1883 : Adolf Lüderitz demande au chancelier Bismarck de placer la région sous "protection" allemande. La Namibie devient à ce stade un protectorat allemand à part entière appelé le Sud-Ouest africain. Les fermiers allemands arrivent, suivis de marchands et d'autres colons. 
    1904 : les Nama, rejoints par les Herero, se révoltent en masse contre le pouvoir colonial. Ecrasée par la Schutztruppe, la nation herero périt à 75%. Les survivants sont transférés dans le "homeland" que leur attribue le gouvernement. 
    1914 : pressée par la Grande-Bretagne, l'Afrique du Sud envahit la Namibie. 
    1920 : la Société des Nations mandate l'Afrique du Sud pour administrer le Sud-Ouest africain. Ce mandat sera renouvelé par l'ONU à la fin de la Seconde Guerre mondiale. 
    1949 : résolue à faire de la région une province de l'Union à part entière, l'Afrique du Sud resserre son emprise, accorde à la population blanche une représentation parlementaire à Pretoria et réserve aux Blancs les meilleures terres namibiennes. 
    1959 : les Nations unies demandent à l’Union sud-africaine de renoncer au Sud-Ouest africain. Le Congrès du peuple de l’Owamboland, qui deviendra l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain (Swapo) est fondé. 
    1966 : l'Assemblée générale des Nations unies révoque le mandat de l'Afrique du Sud, qu'elle remplace par un Conseil pour le Sud-Ouest africain. Le 26 août (devenu jour de la fête nationale), la SWAPO déclenche sa campagne de guérilla. 
    1972 : l'ONU exige enfin le retrait de l'Afrique du Sud et reconnaît la SWAPO comme le représentant légitime du peuple namibien. 
    1989 : après la conclusion d’un accord de paix entre Cuba, l’Angola, l’Afrique du Sud et la Swapo, le processus de transition vers l’indépendance démarre le 1er avril. La Namibie restera plusieurs années le plus jeune pays d’Afrique, avant que l’Érythrée ne devienne à son tour indépendante. 
    1990 : la Constitution est adoptée et l'indépendance est proclamée sous la présidence de Samuel Nujoma. 
    1994 : Sam Nujoma et la Swapo sont reconduits au pouvoir avec une large majorité. 
    1999 : Sam Nujoma est réélu pour un troisième mandat dans un climat de polémiques. Peu après sa victoire, l’état d’urgence est décrété dans la bande de Caprivi, en proie à une vague d’attaques séparatistes. 
    2000 : la question du partage de la terre (4 000 fermiers blancs possèdent 44% des terres agricoles) suscite des tensions.  
    2002 : le gouvernement lance le boycottage du seul journal critique, aux ordres ni du pouvoir ni de l'opposition, le Namibian. 
    2005 : Hifikepunye Pohamba devient au mois de mars, le deuxième président de Namibie. La SWAPO, au pouvoir, a remporté les élections présidentielles, législatives et régionales face une opposition divisée. 
    2009 : Hifikepunye Pohamba est réélu pour un second mandat. 
    2015 : Hage Geingob, membre de la Swapo, est élu président de la République.

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport en cours de validité au-moins 6 mois après le retour. Votre passeport doit comporter au moins 2 pages vierges face à face pour l'apposition du permis de séjour touristique délivré gratuitement à votre arrivée à l’aéroport de Windhoek.
    Pas de visa.

    Les enfants doivent avoir leur propre passeport. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur  le passeport des parents. Pour les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.

    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    Selon le plan de vol, en cas de transit en Afrique du Sud, pour les personnes voyageant avec des enfants mineurs, il est impératif de se rapprocher de la section consulaire de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris (consular.services@afriquesud.net) pour les formalités.  Pour les mineurs, tous les parents sont tenus de présenter un justificatif attestant du lien de filiation avec leurs enfants, traduit par un traducteur assermenté, à l’entrée comme à la sortie du territoire sud-africain. 

    A compter du 15 janvier  2017 l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs non accompagnés d’un de leurs parents est à nouveau obligatoire.
    https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11090
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922 

    Autres nationalités, se renseigner auprès de l’Ambassade de Namibie
    80, avenue Foch
    75016 Paris
    Tél : 01.44.17.32.65
    Internet : http://www.embassyofnamibia.fr
    Courriel : info@embassyofnamibia.fr

    Attention : Les formalités consulaires peuvent être modifiées à tout moment sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier ces informations auprès des instances consulaires du pays visité.


    Ambassade de France, Section Consulaire
    1 Goethe Street - Windhoek
    Adresse postale : PO box 20484 - Windhoek 9000
    Tél : +264 (0)61 27 67 00    
    Internet : http://na.ambafrance.org/
    Courriel : cad.windhoek-amba@diplomatie.gouv.fr

    En cas d’urgence en dehors des horaires d’ouverture, le Consulat général de France à Johannesburg peut être joint au +27 82 467 2588.

    Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises.

  • Décalage horaire  :
  • Heure d’hiver : + 1h 12H00 à Paris = 13H00 à Windhoek
    Heure d’été : pas de décalage 12H00 à Paris = 12H00 à Windhoek

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers la Namibie : 00 + 264 + numéro du correspondant sans le 0 initial
    De la Namibie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial

    Electricité
    220 volts ; un adaptateur sera certainement nécessaire pour vos appareils. Il est conseillé d’en acheter dans les villes. De nombreux hôtels en possèdent et les mettent à disposition de leurs clients.

    Numeros utiles

    Police : 10111 (numéro valable dans tout le pays)
    Urgences : sapeurs pompiers et ambulances: +264 61 21 11 11 ou +264 61 29 02 830
    MVA Fund (accident de la route) : +264 81 96 82 


    Internet

    On trouve des cybercafés à Windhoek et dans les grandes villes. 

  • Monnaie :
  • La monnaie namibienne est le dollar namibien NAD.
    1 € = 16,68 NAD – 1 NAD = 0,0598 € (octobre 2018).

    Emportez de l'argent liquide : euros ou US dollars à changer sur place

    Les cartes de crédit sont acceptées, surtout Visa et Mastercard, mais essentiellement dans les grandes villes Windhoek et Swakopmund).

  • Climat :
  • La Namibie se situe globalement dans une zone tempérée. Le climat est variable selon l'altitude et la proximité de l'océan.

    Les saisons sont inversées. De mai à septembre, c’est la saison froide et sèche (octobre à avril : saison chaude et humide).

    A Windhoek (1730 m) la moyenne maximale est de 20°C en juillet ( 29°C en septembre), la moyenne minimale est de 6°C (11°C en septembre). Dans la journée, un vent frais peut souffler très fort. Il fait froid à l’aube et dès la tombée de la nuit.

    La côte namibienne est assez déroutante et jouit d’un climat particulier tout au long de l’année. Cet immense désert au bord de l’eau est parfois dans un épais brouillard. Par vent d’est (qui souffle souvent en hiver) la température à Swakopmund peut soudain augmenter de 15° en quelques heures. Moyenne minimale 9°C, moyenne maximale 16°C. Les stations balnéaires sont desservies par le courant froid de Benguela, qui empêche l’Océan Atlantique de dépasser 18°C en plein été austral

  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.
    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : 
    Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde. Hépatites A et B conseillées. 
    Le vaccin contre la fièvre jaune n'est pas obligatoire mais conseillé. Le traitement antipaludéen n'est pas obligatoire, mais recommandé, la Namibie est en zone 3. 

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies  (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large, des produits contre les moustiques. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • Us et coutumes 
    Une tenue correcte est de rigueur en toute circonstance et les tenues ou comportements ostentatoires sont à proscrire.
    Les Namibiens attachent une grande importance au respect des anciens et des personnes occupant une place plus élevée dans la hiérarchie sociale, ainsi qu’à l’accomplissement des obligations sociales et familiales. Les effusions en public sont très mal perçues et les plaisanteries toujours prises au premier degré. 
    Les personnes âgées sont traitées avec déférence et, inversement, les enfants considérés comme inférieurs. 
    Les salutations sont essentielles. 

    Photos
    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.

    Ci-dessous la position d'Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel voyages) :
    En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits. Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Dons (cf La Charte du Voyageur d’Arvel voyages)
    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat.

    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :
    -  Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.
    - Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).
    - Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • L’anglais est la langue officielle mais l’africaans est la plus utilisée.

    Bonjour : hallo
    Merci : dankie, asselbief
    S’il vous plaît : verskoon
    Pardon : eskuus
    Oui : ja
    Non : nee
    Combien ? : hoeweel ?



    BIBLIOGRAPHIE

    "La Namibie", Christian Bader, Karthala, 1997
    "Les Bushmens dans l’Histoire", Manuel Valentin, CNRS Editions, 2005
    "Cette Afrique qui était allemande", Bernard Lugan, Picollec, 1991
    "Kalahari, désert rouge", Philippe Frey, Laffont, 1993
    "Le monde perdu de Kalahari", Laurens Van der Post, Payot, 2003
    "Namibie au-delà des dunes et de l’océan", Olivier Michaud, Ed. Cacimbo, 2013 

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/