;;
Expédition Philippines Merveilles de Mère Nature

Philippines

Les merveilles de Mère Nature - 31 j

Philippines
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Philippines
  • Carte d’identité  :
  • République des Philippines
    Nature de l'Etat : république 
    Nature du régime : présidentiel 
    Chef de l'Etat : Rodrigo Duterte, président depuis 30 juin 2016
    Capitale : Manille
    Superficie : 298 170 km²
    Population : 105 720 644 habitants
    Densité de population : 352,4 habitants/km²  
    Langues : philippin (tagalog), anglais
    P.I.B par habitant : 4 500$  
    Taux d'alphabétisation des adultes : 92,6%
    Espérance de vie : 72,21 ans
    Religions : catholiques (85%), musulmans (5%), autres (protestants, bouddhistes,…)  
    Croissance démographique annuelle : 2%  
    I.D.H. : 0,638 (97ème rang)
    Fête nationale : 12 juin (indépendance vis-à-vis de l'Espagne le 12/06/1898, indépendance vis-à-vis des USA le 4 juillet 1946)
    Jours fériés : Jeudi et Vendredi saints (Pâques), 9 avril (Jour de l’Héroïsme), 1er mai (Fête du Travail), 24 juin (Fête de Manille), 21 août (Jour de Ninoy Aquino), 26 août (Fête nationale des Héros), 1er novembre (Toussaint), 30 novembre (Jour de Bonifacio), 24 et 25 décembre (Noël), 30 décembre (Fête de Rizal), 31 décembre (St Sylvestre), 1er janvier (Nouvel An).

  • Repères historiques  :
  • Il y a 30 000 ans environ : arrivée des premiers hommes par voie terrestre.
    Avant l’arrivée du premier européen, Ferdinand Magellan en 1521 : plusieurs royaumes et sultanats existent aux Philippines : le royaume bouddhiste de Butuan, les royaumes de Tondo et Maysapan florissants depuis le Xème siècle ou les sultanats musulmans de Sulu, Maynila, Maguindanao et Lanao. Tous ces royaumes ont une organisation politique et sociale complexe et commercent avec la Chine, l’Inde, le Japon, la Thaïlande, le Vietnam et Java sans toutefois réussir à étendre leur influence sur l’ensemble de l’archipel actuel des Philippines. 
    Le 16 mars 1521 : Ferdinand Magellan débarque sur l’île de Homonhon, au sud-est de Samar. 
    1565 : l’arrivée de Miguel Lopez de Legazpi marque le début de la colonisation espagnole avec l’établissement de la colonie permanente de San Miguel sur l’île de Cebu.
    1571 : implantation de nouvelles colonies vers le nord, dans la baie de Manille, sur l’île de Luçon. A Manille, les Espagnols construisent une nouvelle ville, c’est le début d’une domination de l’archipel qui durera plus de trois siècles.
    Entre 1565 et 1821 : les Philippines sont administrées comme un territoire de la Nouvelle-Espagne, depuis Mexico.
    Entre 1821 et 1898 : l’archipel philippin est administré directement depuis Madrid avec une brève période d’administration britannique entre 1762 et 1764. Pendant la période de domination espagnole, de nombreuses villes sont fondées, des infrastructures construites, de nouvelles cultures et de nouvelles races d’animaux d’élevage introduites dans le pays ; le commerce est florissant. Les missionnaires espagnols convertissent en masse la population au christianisme et fondent des écoles, des universités et des hôpitaux à travers les différentes îles de l’archipel.
    Avril 1896 – 12 juin 1898 : la révolution philippine contre l’Espagne s’achève par la déclaration d’indépendance et la proclamation de la Première République des Philippines. Mais le traité de Paris de 1898 qui marque la fin de la guerre hispano-américaine, transfère le contrôle des Philippines aux Etats-Unis (le pays est vendu par l’Espagne aux US contre 20 millions de dollars !).
    Le 2 juin 1899 : cet accord est contesté par le gouvernement philippin qui déclare la guerre aux Etats-Unis.
    1901 : le président philippin, Emilio Aguinaldo, est capturé et les hostilités perdurent jusqu’en 1913
    1905 : marque le début de l’administration américaine effective dans le pays.
    1935 à 1946 : une autonomie partielle est promulguée visant à préparer l’indépendance complète du pays prévue pour 1946. 
    1942 à 1944-45 : occupation japonaise pendant la deuxième guerre mondiale. Nombreux mouvements de résistance et répression féroce de la part des forces nippones.
    Le 4 juillet 1946 : indépendance des Philippines vis-à-vis des Etats-Unis. 
    De 1950 à 1960 : grâce à une importante aide américaine, l’économie du pays se modernise, le pays devient l’un des pays les plus développés d’Asie. Les gouvernements doivent cependant endiguer la menace des Hukbalahaps, paysans procommunistes qui se rebellent contre le régime.
    1965 : première élection de Ferdinand Marcos à la présidence de la République. L’économie du pays s’essouffle à la fin des années 60 et début des années 70 à cause d’une faible croissance économique, d’une démographie galopante et d’un fort taux de corruption.
    1971 : en réaction à la contestation des communistes et des musulmans, Marcos proclame la loi martiale. La vision du « Bagong Lipunan » (Nouvelle Société) incitant la société à travailler pour le but commun du pauvre comme du privilégié connaît, au fil du temps, d’importantes dérives visant à privilégier les proches de Marcos qui bénéficièrent de considérables avantages politiques tout au long de la loi martiale.
    Depuis les années 70 : le sud du pays, en particulier l'île de Mindanao, connaît une crise politique due à des mouvements séparatistes musulmans comme Abu Sayyaf et le Front Moro de libération islamique, s'opposant au pouvoir de Manille, très proche de l'Église catholique.
    1986 : assassinat de Benigno Aquino qui constitue l’élément déclencheur de la chute de Marcos. Parallèlement, l’émergence d’un fort activisme étudiant et de désordres civils visant à combattre la dictature du président Ferdinand Marcos conduit à la révolution de 1986.
    1986 : la révolution s’effectue sans effusion de sang et marque le retour à la démocratie dans le pays. 
    1987 : sous le régime de Corazon Aquino (Cory Aquino), adoption d’une constitution qui rétablit un système présidentiel avec un pouvoir législatif bicaméral et un pouvoir judiciaire indépendant.
    Jusqu’en 1990 : les Philippines retrouvent une certaine stabilité ce qui favorise le relèvement de leur économie.
    1990 à nos jours : depuis lors, le pays est caractérisé par une forte instabilité politique et une économie un peu affaiblie, essentiellement portée par les contributions d’une importante diaspora, les OFW (Overseas Filipino Workers), souvent installés à Hong-Kong, Singapour, dans les pays du golfe persique, mais aussi aux Etats-Unis et en Europe.
    Années 2000 : les Philippines sont en conflit avec Taïwan, la Chine et la Malaisie à propos des îles Spratley, riches en hydrocarbures, ainsi qu'avec la Malaisie à propos de l'État de Sabah. Le fait que le sultan de Sulu ait reçu ce territoire en 1703 du sultan de Brunei est à l'origine de la revendication actuelle des Philippines.
    2001 : Le mouvement populaire EDSA 2 (du nom de la plus grande artère de Manille où se réunissent les manifestants en souvenir du mouvement de 1986) contraint le président Estrada, accusé de corruption, à la démission. La vice-présidente Gloria Macapagal Arroyo devient présidente.
    2003 : Conclusion d’un cessez-le-feu avec le Front Moro islamique de libération (MILF), issu d’une scission du MNLF en 1978.
    2008 : La Cour Suprême juge inconstitutionnel l’accord passé entre le MILF et le gouvernement. Reprise des combats en août 2008 avec des éléments radicaux du MILF qui provoquent une migration intérieure d’environ 500 000 réfugiés. 
    2010 : Benigno Simeon « Noynoy » Aquino III (fils de Cory Aquino) est élu président de la République avec une large majorité (42 % des suffrages). Jejomar Binay, ancien maire de Makati, est élu vice-président. 2011 : Reprise des négociations de paix avec le MILF et le mouvement communiste. Une rencontre historique a lieu au mois d’août à Tokyo.
    8/11/2013 : le super typhon Haiyan commet des dommages considérables à l’extrême est du pays.
    2014 : Conclusion d’un « accord de paix global » avec le MILF en mars, devant conduire à l’établissement de la zone semi-autonome du Bangsamoro.
    2016 : Rodrigo Duterte est élu président de la République

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport en cours de validité d’au-moins 6 mois après la date de retour.

    Les enfants doivent avoir leur propre passeport. Il n’est plus possible de faire figurer ses enfants sur le passeport des parents. Pour les enfants voyageant avec un seul de leurs parents (divorcés ou non mariés) : se renseigner auprès du consulat.

    http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14930.xhtml

    Autres nationalités, se renseigner auprès de l’Ambassade des Philippines

    4, Hameau de Boulainvilliers/45, rue du Ranelagh
    75016 Paris Tél : 01.44.14.57.00 Fax : 01.46.47.56.00
    Internet : http://www.philembassyparis.com/
    Courriel : ambaphilparis@wanadoo.fr

    Attention : Les formalités consulaires peuvent être modifiées à tout moment sans préavis. Nous vous recommandons de vérifier ces informations auprès des instances consulaires du pays visité.

    Ambassade de France à Manille, Section Consulaire
    16th floor Pacific Star building - corner Sen. Gil Puyat Ext. and Makati avenues
    1200 Makati City
    Tél : [63] (2) 857 69 00
    Fax : [63] (2) 857 69 51
    Téléphone d’urgence 24H/24H +63 917 532 0756
    Internet : http://www.ambafrance-ph.org/
    Courriel : admin-francais.manille-amba@diplomatie.gouv.fr

    Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises.

  • Décalage horaire  :
  • Heure d’hiver : +7 heures ; 12H00 à Paris = 19H00 Manille
    Heure d’été : +6 heures ; 12H00 à Paris = 18H00 à Manille

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone
    De la France vers les Philippines: 00 + 63 + numéro du correspondant sans le 0 initial
    Des Philippines vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial

    Numéros utiles
    Police : 168
    Pompiers : 816 25 53

    Internet
    Le réseau est bien développé et les connexions rapides, il est donc très facile de se connecter un peu partout aux Philippines

    Electricité
    La tension d’usage est de 220V, la fréquence 60Hz. Prévoir un adaptateur universel. Les coupures d’électricité n’étant pas rares, il est recommandé d’emporter une lampe de poche.

  • Monnaie :
  • La monnaie officielle du pays est le piso (ou peso) philippin, appellation internationale PHP
    1 € = 59,44 pesos environ, 1 peso = 0,017 € (novembre 2018).

    Les euros en liquide se changent dans les grandes villes (Manille, Cebu) mais les dollars en liquide seront plus faciles à changer partout (1 $ = 52 pesos environ). 

    Les cartes bancaires internationales seront très utiles dans les grandes villes où de nombreux guichets ATM permettent d’obtenir directement la monnaie locale, attention toutefois aux commissions automatiquement prélevées. Les cartes sont également largement acceptées dans les restaurants, galeries marchandes et dans certains commerces. Le réseau Mastercard est le plus développé.

  • Climat :
  • Tropical, chaud (25°C en moyenne) et humide (77% d’humidité relative en moyenne) tout au long de l’année.

    Saison sèche de novembre à mai. Températures agréables de novembre à mars. La température de l’eau oscille normalement entre 25 à 29 °C.

    Les typhons, parfois très violents, surviennent généralement entre juin et octobre et affectent surtout le nord de l’archipel. L’est plus récemment lors du passage du typhon Haiyan.

    Températures minimales/ maximales
    Manille et Cébu : toute l’année de 21° à 33°

  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.

    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr

    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) : Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde. Les vaccinations contre les hépatites A et B sont recommandées. Un traitement antipaludéen est conseillé. 

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large et des produits contre les moustiques. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • Us et coutumes
    Même si les Philippins sont tolérants pour les Européens, côté habillement, il est préférable d'éviter les vêtements trop moulants, les décolletés généreux et les shorts en dehors des zones purement maritimes. Le sentiment religieux, à dominante catholique, étant fortement ancré dans la vie quotidienne philippine, il vous sera demandé d’opter pour une tenue décente avant d'entrer dans une église.

    Les Philippins sont généralement très propres et très sensibles aux odeurs corporelles, il est toujours étonnant de voir les habitants des bidonvilles sortir de chez eux en habits immaculés ! La malpropreté et les négligences corporelles sont donc particulièrement mal vécues, n’hésitez pas à prévoir un vêtement un peu plus habillé en cas d’invitation spontanée ou de participation à une représentation publique.

    La ponctualité n’est pas de mise aux Philippines, vous êtes donc invités à vous adapter au rythme local.

    Photos
    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.

    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages) : En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits. Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Dons (cf La Charte du Voyageur d’Arvel Voyages)
    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat.

    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :
    - Mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.
    - Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).
    - Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (pdf charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • Les langues officielles sont le tagalog et l’anglais mais on compte plus de 160 langues sur l’archipel.

    Bonjour (matin/ap-midi/soir) : magandang umaga/hapon/gabé
    Bienvenue : mabuhay
    Comment vas-tu ? : kumusta ka ou Kumusta kana ?
    Très bien : mabuté iring
    Merci : salamat/salamat po, plus polie
    S'il vous plait : Paki
    Oui : oo
    Non : hindé
    Comment t’appelles-tu ? : Ano pangalaan mo ?



    Bibliographie

    - Guides 
    "Philippines", Guide Lonely Planet, septembre 2009
    "Philippines Travel Guide", Jens Peters, 3rd edition 2009
    "Les Philippines, un voyage à travers l’archipel", Gallimard

    - Essais
    "Philippines : les enfants du mépris", Jean Dallais & Elise Fischer, Fayard, coll. Les Enfants du fleuve, 1989. Un cri poignant de Jean Dallais pour dénoncer le quotidien sordide des enfants des rues arrêtés, mis en prison puis relâchés et livrés à eux-mêmes.
    "Les anti-trottoirs de Manille : Pierre Tritz, père des enfants de la rue", Jean-Claude Darrigaud, Fayard, coll. Les Enfants du fleuve, 1992.
    "Otage à Jolo : journal de captivité (23 avril – 9 septembre 2000)", Stéphane Loisy, Denoël, 2001. La prise d’otages la plus médiatisée de l’époque.
    "Mon père m’attendait à Manille", Marie Moarbès, Robert Laffont, 2001. Autre perspective sur cette prise d’otages et témoignage étonnant de vitalité, de courage et d’impatience mêlés.
    "Princesses des rues : Quinze ans au secours de l’enfance aux Philippines", Laurence Ligier, Tchou, coll. Ingérences, 2007. L’histoire d’un combat au long cours contre la prostitution infantile.
    "Les Philippines : Un dragon assoupi ?", Jacques Giri, Karthala, 1997. Pays d’Asie très prometteur du point de vue du développement  économique dans les années 60, les Philippines ont vu leur potentiel économique s’écrouler dans les années 80-90. Plus largement, ce livre est un précieux essai de réflexion sur les conditions du développement.
    "Manuel Quezon : Les Philippines de la décolonisation à la démocratisation",William Guéraiche, Maisonneuve & Larose, 2004.
    "Catholiques et musulmans aux Philippines : Le choc du dialogue", Entretien avec Jean-Luc Angélis, Michel de Gigord, CLD, 2006.
    "La bataille des Philippines : Leyte", 1944, Jean-Jacques Antier, Presses de la Cité, 1985.
    "L’éloignement du ciel : Invention et mémoire des mythes chez les Palawan du sud des Philippines", Charles Macdonald, Maison des Sciences de l’Homme. Présentation des mythes de créations de 4 peuples philippins : Bilaan, Igorot, Bataan et Morong. Tous les grands thèmes de la mythologie y sont abordés.
    "Contes et légendes des Philippines", Maurice Coyaud, Flies France, coll. Aux origines du Monde, 2008.
    "10°N 119°E Palawan Philippines", Emmanuelle Guirriec Delauné, Iloes Editions, 1997. Images d’une balade-rêverie au nord de l’île de Palawan, mousson du Sud-Ouest, 1997.

    - Roman
    "L’enfant perdu des Philippines", Elise Fischer, Presses de la Cité, 2006. Histoire d’un retour à très forte charge émotionnelle aux Philippines à l’occasion d’une mission humanitaire.

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/