Palestine / Israël

Le Sentier d’Abraham et les trésors de la Palestine - 12 j

Palestine / Israël
Formules-sejour-soleil

Séjour soleil Partez à l’aventure en toute sérénité ! Car la découverte s’accompagne généralement de surprises, voici quelques voyages pour aller au-delà des idées reçues !

INFOS PAYS

Israël
Palestine
  • Carte d’identité  :
  • Actuellement, l'État palestinien est reconnu par 136 États (70,5 %) sur les 193 membres que compte l'Organisation des Nations unies (ONU) ainsi que par le Vatican.
    Les frontières revendiquées par la Palestine sont celles de la Cisjordanie, gouvernée partiellement depuis 1994 par l'Autorité palestinienne, et de la bande de Gaza, sous contrôle du Hamas depuis 2007. Le reste du territoire cisjordanien est occupé par l'État d'Israël depuis 1967 et la fin de la guerre des Six Jours. La Palestine considère Jérusalem-Est comme étant sa capitale bien qu'elle n'administre pas la ville dans les faits, le siège du gouvernement étant à Ramallah.
    Déclarant son indépendance en 1988 à travers l'Organisation de libération de la Palestine en exil à Alger, l'État de Palestine est depuis le 29 novembre 2012 reconnu comme État observateur non-membre de l'ONU. Il est actuellement présidé par Mahmoud Abbas.
    - Population : 4 904 000 hab., dont 2 800 000 en Cisjordanie, 1 800 000 dans la bande de Gaza, 304 000 à Jérusalem-Est (et plus de 540 000 colons juifs répartis à Jérusalem-Est et en Cisjordanie).
    - Superficie : Cisjordanie : 5 655 km², dont 18 % sous contrôle total de l'Autorité palestinienne et 20 % sous contrôle partiel ; bande de Gaza : 365 km².
    - Président : Mahmoud Abbas.
    - Religions : musulmans sunnites (98 %), chrétiens (1,2 %), et des sectes minoritaires comme les samaritains (à Naplouse).
    Taux d'alphabétisation : 92,4%

  • Formalités :
  • Pour les ressortissants français : passeport valable 6 mois après la date de retour.
    Aucun visa n'est requis pour les ressortissants Français, Belges, Suisses et Canadiens.
    Un visa de l'Iran n'empêche pas l'accès à Israël mais entrainera sûrement un temps important de questions lors des passages aux contrôles de l'aéroport. Il est donc vivement déconseillé de partir avec un visa iranien  sur son passeport.
    Un visa d'Israël ne permet pas d'entrer en Iran. Toutefois, en général, le visa d'Israël est donné sur une feuille volante.
    La police des frontières israélienne délivre au voyageur une vignette électronique qu’il convient de conserver pendant le séjour.

    Autres nationalités, se renseigner 
    Mission de Palestine : 14, rue du Commandant-Léandri, 75015 Paris. M. : Convention ou Boucicaut.
    Tél. : 01-48-28-66-00. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 15h30. Téléphoner de préférence avant de se déplacer. 

    Les formalités dans ce document peuvent être modifiées, sans préavis.
    Nous ne sommes pas tenus pour responsables en cas de problème aux frontières.

    Consulat général de France à Jérusalem
    5, rue Paul Émile Botta PO Box 182
    94109 Jérusalem
    Tel : +972 2 629 85 00
    Urgences :+972 2 629 85 19
    Fax : +972 2 629 85 01
    Courriel : diplomat@france-jeru.org
    Site Web: https://jerusalem.consulfrance.org
        

    Prévoir une photocopie de votre passeport. Cela vous sera utile en cas de perte ou vol de vos documents d’identité ou en cas de situations exceptionnelles d’urgence nécessitant une prise en charge par les autorités françaises.

  • Décalage horaire  :
  • Horaire d’hiver en France : + 1 heure : 12H00 à Paris = 13H00 à Jérusalem
    Horaire d’été en France : + 2 heures: 12H00 à Paris = 14H00 à Jérusalem

  • Téléphone/électricité/internet :
  • Téléphone

    De la France vers la Palestine: 00 + 970 ou 972 + l'indicatif de la région (sans le 0), suivi du numéro du correspondant.
    De la Palestine  vers la France : 00 + 33 + le numéro du correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).

    Téléphone portable

    Vous pouvez emporter vos téléphones portables si vous le souhaitez .
    ATTENTION : vérifiez avec votre opérateur si vous avez l’option Monde et quels sont les frais en cas d’utilisation en Palestine (réception et envois messages ou appels)

    Numéros utiles

    Urgences 112 (numéro international)

    Electricité

    220 V, 50 Hz. Pas besoin d’adaptateur. 


  • Monnaie :
  • Les monnaies utilisées sont le Dinar Jordanien (JD) et le Dollar Américain (US$), mais la monnaie la plus utilisée au quotidien est le Nouveau Shekel Israélien (LIS). L’Autorité nationale palestinienne n’est pas autorisée à frapper sa propre monnaie. L’Euro (€) est accepté et peut-être échangé à de bons taux dans les nombreux bureaux de change.
    Les principales cartes de crédits reconnues : Visa, Master Card, Diners Club et American Express. Prévenez votre banque si vous pensez utiliser votre carte sur place.

    Taux de change au 15 novembre 2017 :
    1,00 € = 4,16 LIS

  • Climat :
  • Un des facteurs essentiels du climat en Palestine est l’ensoleillement, tout au long de l’année.
    Globalement méditerranéen sec, le climat subit quelques variations suivant les régions et les altitudes. Si les journées sont chaudes ou tempérées toute l’année, en revanche, les nuits peuvent être fraîches, même en été. Il ne faut pas oublier que plusieurs villes de Cisjordanie s’élèvent à près de 800 m d’altitude, tandis que Jéricho à 250 m sous le niveau de la mer offre un climat subdésertique.
    A un hiver frais et pluvieux (décembre à février) succède une longue saison chaude et sèche.
    Mi-mars, selon les heures et l'altitude, les écarts de températures sont importants.
    A Jérusalem par ex, il devrait faire de 5° à 12°C la nuit, de 10° à 20° la journée.
    Il peut pleuvoir.
    Fin septembre, les températures seront plus élevées. (de 15 à 30°C).

  • Santé :
  • Avant votre départ, il est conseillé de consulter votre médecin pour faire un point sur votre état de santé général, sur vos vaccinations habituelles et sur les vaccinations recommandées pour cette destination.
    Renseignez vous également sur le site de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
    Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr 
    A titre informatif (sous réserve d’une confirmation médicale) :
    Pas de vaccination obligatoire. Vérifiez la validité de votre vaccin DT Polio-typhoïde.

    Si vous avez un traitement en cours, prévoir vos médicaments habituels accompagnés de l’ordonnance ainsi que des soins pour petites plaies  (pommade, pansements, désinfectant), les coups de soleil, les maux de gorge et les maux de tête, des médicaments pour les ennuis intestinaux (y compris produit de réhydratation), un antibiotique à spectre large, des produits contre les moustiques. Si vous portez des lentilles de contact, n’oubliez pas d’emporter votre collyre et une paire de lunettes de rechange.

  • Voyageur responsable  :
  • Us et coutumes

    Merci de respecter le code vestimentaire (en particulier pour les femmes).

    Il convient de rester à l’écart de tout rassemblement et mouvement de foule.

    PHOTOS

    Avec les appareils numériques prendre une photo est facile, presque trop, à tel point que nous oublions parfois les principes élémentaires du respect vis-à-vis des populations rencontrées.
    Ci-dessous la position d’Arvel Voyages (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel voyages) :

    En tant que voyageur, il est nécessaire de privilégier toujours la prise de parole à la prise d’images, le cas échéant de rencontrer notre sujet avant de le photographier. La photographie peut être un pont mais doit être l’occasion d’échanges et non une collection de portraits.
    Il est préférable de donner la primauté au voyage sur le reportage, de nous libérer parfois de notre appareil photo, filtre entre nous et la réalité, écran entre nous et les autres.
    En tout cas, il est essentiel de ne prendre des photos qu’avec accord express (parental pour les enfants) et de ne jamais passer outre un refus. Au retour, pensons à honorer nos engagements d’envois de photos et partager avec nos modèles nos clichés.

    Il est strictement interdit de photographier les aéroports et les installations militaires.

    DONS (cf. La Charte du Voyageur d’Arvel voyages)

    Notre voyage peut aussi bien contribuer au développement économique qu’à la déstabilisation de l’organisation sociale traditionnelle de la région d’accueil. Dans certains pays la différence de niveau de vie peut faire obstacle à des rapports sains entre voyageurs et populations locales. Soyons conscients de cette inégalité, souvent source d’incompréhension mutuelle et n’abusons pas de notre pouvoir d’achat. (…)
    Ci-dessous, la position qu’Arvel Voyages préconise à ses voyageurs :

    -    Réfléchir et mesurer, avant d’agir, les effets directs et indirects de notre générosité spontanée. Les dons, cadeaux doivent théoriquement être fonction du niveau de vie pour ne pas déstabiliser les équilibres économiques. La façon de donner n’est pas innocente. Un cadeau peut être mal interprété, déplacé et ne doit pas être condescendant.

    -    Ne donner que lors de rencontre inscrite dans la durée ou aux responsables de village, écoles, responsables d’association, élus, prêtres, médecins… qui pourront bien mieux que nous redistribuer. Préparons judicieusement nos bagages en fonction de notre destination et de notre programme (s’il est prévu une visite d’école, de dispensaire…).

    -    Ne remettre des médicaments qu’aux professionnels de la santé et ne jamais donner d’argent aux enfants. Les dons d’argent indus les déscolarisent. L’aumône enfantine déstabilise l’organisation familiale et sociale. Sans franche rencontre réellement inscrite dans le temps, n’offrons rien aux enfants pour ne pas créer l’habitude de solliciter les touristes et de tendre la main. Tenir nos promesses d’envois postaux.

    Télécharger la Charte du voyagiste et du voyageur d’Arvel Voyages (PDF charte complète)

  • Quelques mots, quelques livres :
  • Bibliographie

    " Ô Jérusalem ! " – Dominique Lapierre et Larry Collins (Editions Pocket), 2006. Raconte la passionnante épopée de la fondation d’Israël à partir de mai 1948, quand les anglais quittent la Palestine, lorsque s’enclenche le conflit israélo-arabe.
    " 1967 : six jours qui ont changé le monde "– Tom Seguev (Editions Denoël), 2007. Retour sur le mythe fondateur de l’Etat hébreu.
    " J’ai vu Ramallah " – Mourid Barghouti (Editions L’Aube), 2004. Autobiographie poétique qui décrit son retour en Palestine après un exil de plus de 30 ans.  
    " Chrétiens en Terre sainte : disparition ou mutation ? " – Catherine Dupeyron (Editions Albin Michel), 2007. Une enquête très documentée et passionnante sur la situation actuelle des chrétiens d’Orient et leur avenir.
    " Mon Michaël " – Amos Oz. Histoire captivante et mélancolique d’une jeune femme passant un hiver triste et grisâtre à Jérusalem.
    " La Porte du soleil " – Elias Khoury (Editions Actes Sud), 2003. Fiction inspirée des entretiens de l’auteur avec des Palestiniens dans des camps de réfugiés. Plébiscité dans le monde arabe, ce roman a été traduit en de nombreuses langues, dont l’hébreu !
    " Terre promise, pas encore " – Michaël Sebban (Editions Ramsay), 2002.
    " Meurtre en direct, Meurtre sur la route de Bethléem, Meurtre au kibboutz….." - Batya Gour (Editions Gallimard et Fayard). Ces enquêtes du commissaire Michaël Ohayon montre les multiples facettes d’Israël vue par la « P.D.James israélienne ».
    " Checkpoint " – Azmi Bishara (Editions Actes Sud), 2004. L’auteur raconte la Palestine désarticulée par les colonies israéliennes et par le « mur de séparation » mais aussi les politiciens opportunistes, les idéologues obtus et tous les profiteurs de « l’industrie de la Cause » du côté palestinien.
    " Boire la mer à Gaza : chronique 1993 – 1996 " – Amira Haas (Editions La Fabrique), 2001. Description sans parti pris de l’occupation israélienne et de sa politique de blocus mais aussi de la corruption et de la brutalité de l’exécutif palestinien aux innombrables polices.
    " Palestine(s) : les déchirures " – Valérie Féron (Editions du Félin), 2001
    " Genet à Chatila suivi par Les Palestiniens " – Jean Genet (Editions Babel), 1992
    " Gaza Méditerranéenne : histoire et archéologie en Palestine " – J-B Humbert (coll.), (Editions Errance), 2000
    " L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident " – Saïd W. Edward (Editions du Seuil), 1978
    " Les Palestiniens dans le siècle " – Sanbar Elias (Editions Gallimard), 1994
    . Les extraordinaires aventures de Sa’îd le Peptimiste – Emile Habibi (Editions Gallimard), 1987. Conte tragicomique sur la question des Palestiniens ayant pris la nationalité israélienne après 1948.
    " Des hommes dans le soleil " – Kanafani Ghassan (Editions Sindbad). Galerie de portraits palestiniens.
    " Un printemps très chaud " – Sahar Khalifa (Editions Seuil), 2008. Regard souvent perturbant sur la vie des Palestiniens dans les Territoires occupés.
    " Que la terre se souvienne " – Meir Shalev (Editions Albin Michel), 2000. L’un des meilleurs romans israéliens qui traite des premiers sionistes dans l’un des premiers kibboutzim.
    " Le rocher et la Peine"  et " le Cri de la Pierre " – Fadwa Touqan. Magnifique autobiographie en deux volumes de celle qui fut considérée comme la « poétesse de la Palestine », véritable plaidoyer en faveur d’une paix durable.
    " Nouvelles d’Israël-Palestine " – Editions Magellan & Cie, 2008. Recueil de nouvelles signées par des auteurs représentatifs de la littérature israélienne et palestinienne.
    " La Bible dévoilée : les nouvelles révélations de l’archéologie " – Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman (Editions Folio Gallimard), 2004. Confrontation du récit biblique aux plus récentes découvertes de l’archéologie faisant la part de l’histoire et du mythe dans l’Ancien Testament.

    Poésie

    Œuvres de Darwich Mahmoud  http://mahmoud-darwich.chez-alice.fr/accueil.html (en français)
    Œuvres de Fadwa Touqan

    Revue
    "Jérusalem Quarterly" :  http://www.jerusalemquarterly.org/LastEditions.aspx (articles en ligne en anglais)

    Musique

    . Banna Rim, "The Dream"
    . Dal’ouna, "Oyoun Al Kalaam"
    . Fairuz, "Jerusalem in my heart"
    . Joubran Samir et Wassim, "Tamaas"
    . Khalife Marcel, "Promises of the Storm"
    . Various artists, "Palestinian Souds"
    . Sabreen, "Smoke of the volcanoes"
    . Smadar Levi, "une voix pour la paix" :  www.smadarlevi.com  est israélienne mais chante aussi en arabe ce qui est un geste fort. Elle s’entoure de musiciens israéliens, turcs, arabes qui associent des musiques méditerranéennes et manouches.